Tazmalt : l’écrivain Rachid Oulebsir au salon du livre

2
Salon du livre à Tazmalt avril 2021
Salon du livre à Tazmalt avril 2021

KABYLIE (TAMURT) – Rachid Oulebsir, écrivain, essayiste et éditeur mais aussi chercheur, aux compétences multiples et avérées, dans le domaine de la culture et du patrimoine kabyle a le mérite de répondre toujours présent quand il est sollicité pour honorer de sa présence les activités culturelles qui se tiennent un peu partout en kabyle.

Cette fois-ci, l’écrivain Rachid Oulebsir a pris part, de manière active, au salon du livre de Tazmalt baptisé « La ruelle du livre » et dont le succès a été au rendez-vous, à tous les points de vue. Cet évènement culturel, dont le genre est inédit puisqu’il se tient en plein espace public, est organisé par la librairie Said-Mekbel en collaboration avec l’association : « cité des lettres et du cinéma » de Tazmalt. L’événement consiste en des expositions-ventes de livres, des ventes-dédicaces de livres en présence de leurs auteurs, des communications ainsi que des échanges littéraires.

L’écrivain Rachid Oulebsir est l’auteur de plusieurs livres et il touche à plusieurs genres : roman, essai, contes… Parmi ses livres, on peut citer ses romans Les derniers kabyles, Le rêve des momies, Le premier sera un garçon, Algérie le printemps reporté… Rachid Oulebsir est aussi l’auteur de nombreux essais ayant tous trait à la culture et aux traditions kabyles comme Yennayer et calendrier agraire, L’olivier en Kabylie, entre mythe et réalité, Djurdjura, le temps des olives… Il a écrit et publié de nombreux contes.

Il faut rappeler que Rachid Oulebsir est un écrivain qui a eu un parcours universitaire brillant. Journaliste, il est titulaire d’un doctorat de troisième cycle en économie politique des Universités Paris-Nord et Paris I Panthéon- Sorbonne. Rachid Oulebsir est l’un des écrivains les plus prolifiques en Kabylie.

Idir Tirourda

2 COMMENTAIRES

  1. Au lieu de parler d’un salon du livre qui est l’événement, tamurt préfère discourir sur un participant. Non non, on n’y voit aucun inconvénient, mais comme on ne peut s’empêcher de se poser des questions…
    Peu importe si le commentaire a peu de chances d’être publié.

  2. Une plume vaut mieux que tous les fusils pour l’avenir de la culture Kabyle. Nos écrivains sont le creuset des générations futures .

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici