Jean Amrouche contre Ibn Badis

6
La maison des Amrouche
La maison des Amrouche

KABYLIE (TAMURT) – La Kabylie a choisi de rendre hommage à l’intellectuel Jean El Mouhoub Amrouche pour marquer la Journée du 16 avril 2021. Le pouvoir algérien a opté pour Abdelhamid Ibn Badis, dont tout le monde connaît les positions hostiles à l’indépendance de l’Algérie, pour célébrer la Journée du savoir, chaque 16 avril.

C’est un véritable dilemme. L’Algérie officielle continue de célébrer la Journée dite du savoir, chaque 16 avril, en hommage à l’un des opposants publics de l’indépendance de l’Algérie, Abdelhamid Ibn Badis. La position de l’Association des Ulémas algériens d’Abdelhamid Ibn Badis, contre la Révolution algérienne et contre l’indépendance est un secret de polichinelle. Malgré ce détail important, Ibn Badis est considéré par l’Algérie officielle comme la référence première du savoir et de la connaissance.

Le pouvoir algérien d’inspiration arabo-islamiste, a choisi la date du décès du même Abdelhamid Ibn Badis, mort le 16 avril 1940, pour en faire la journée nationale du Savoir. Cette dernière est célébrée et marquée, avec faste, dans les quatre coins du pays surtout dans les établissements scolaires. En outre, faut-il rappeler que c’est le même Ibn Badis aussi qui est l’auteur des célèbres vers poétiques où il proclame que le peuple d’Algérie est musulman et à l’arabité, il est affilié. Comme on peut le constater, le choix d’Ibn Badis est loin d’être fortuit. Mais ce qui demeure intrigant, c’est le fait qu’Ibn Badis ait constitué un « grand » symbole et continue de l’être en dépit de sa position contre l’indépendance algérienne.

En Kabylie, plusieurs activités ont été organisées, hier, en hommage à Jean El Mouhoub Amrouche pour se démarquer du choix de l’Algérie officielle consistant à jeter son dévolu sur Ibn Badis pour lui attribuer les honneurs du savoir. Jean El Mouhoub Amrouche est décédé le 16 avril 1962, pour rappel.

Idir Tirourda

6 COMMENTAIRES

  1. L’Algérie n’existe que depuis que la France l’a inventé.
    Les kabyles n’ont commencé à être musulmans que depuis l’invasion turc-ottomanne : milieu du 16ème siècle, après la période espagnole.
    L’Algérie n’est arabe que depuis Houari Boumediene (Mouhammad Boukarrhuba) = frère musulman.

  2. LEBLIS , BEN BADIS …Porte bien son non
    Logique , Ibn Badis est dans le sillage de l’islamisme et l’arabisme comme le pouvoir.
    KABYLIE ,ALG2RIE …C’est deux visions et culture aux antipodes.
    Occupons-nous de la Kabylie et fortifiant notre enracinement pour que les kabyles retrouvent leur nord. Et même l’Algérie voire tamazgha en profitera de la réussite des kabyles.
    Se libérer pour entreprendre et une première condition.

  3. Et par extension, le christianisme est de loin plus fonctionnel à la nation que ne l’est l’islam qui tend à plier la nation sous la botte de la « oumma ». J’en veux pour preuve le régime algérien à travers ses relais locaux qui nous voulait imposer El Qardaoui comme maître à penser et implorait les Saoudiens pour venir construire leurs mosquées en Kabylie, un signe clair de choix identitaire qui subordonne la nation, à travers sa partie la plus avancée, la Kabylie, à l’impératif islamique.
    Une vraie plaie qui continue sous d’autres formes avec cet islam épée de Damoclès qui veille sur la « constitutionnette » pour que rien ne soit contraire à la charia. Le dramme est que les monarchies du golfe refusent l’Algeristan et « encèrlent » le pays. La cinquième colonne est au pouvoir.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici