Tafsut, grandiose marche des indépendantistes

2
Vgayet 20 avril 2021
Vgayet 20 avril 2021

VGAYET (TAMURT) – Aux cris de « Algérie coloniale, Kabylie indépendante », des milliers de militants et de sympathisants des mouvements indépendantistes kabyles, dont le MAK et l’URK, ont défilé mardi dans les rues de Vgayet ville. Agitant des drapeaux kabyles et portant des pancartes, pratiquement toutes écrites dans la langue de Si Mohand, les indépendantistes kabyles ont crée l’événement en ce 20 avril, date commémorative du Printemps berbère 80 et du Printemps noir 2001.

La marée humaine qui a démarré du campus de Targa Ouzemmour, de l’université A. Mira de Bejaia, a latéralement envahi les principales rues de la ville de Vgayet, donnant à voir une autre image de la région que celle voulue et véhiculée par le pouvoir algériens et ses relais locaux. Une Kabylie belle et rebelle, qui réclame, à haute voix, son indépendance. « Référendum pour l’autodétermination de la Kabylie » peut-on lire sur une large banderole portée à bout de bras par de jeunes militants souverainistes. Dans la foule, des jeunes, dont des filles et des femmes en robes kabyles, scandaient des slogans réclamant « l’indépendance de la Kabylie », tout en fustigeant leurs concitoyens qui croient toujours en « le vivre-ensemble » avec le reste de l’Algérie. « Ulac Khawa-Khawa, Wagui d el Mak »scandaient encore la foule à gorges déployées.

Arrivée sur la placette de la liberté de la presse Saïd Mekbel, l’immense foule a observé un rassemblement de plusieurs minutes, tout en reprenant en chœur ses slogans. Bien avant, une halte a été aussi observée au niveau du carrefour Matoub Lounes, à hauteur de la cité CNS de Vgayet. La marche des indépendantistes kabyle s’est déroulée sans heurts, si ce n’était ce moment de tension au moment où elle s’était croisée avec une autre marche commémorant le 20 avril 80 et le Printemps noir 2001. Celle-ci, faut-il le signaler, n’a pas drainé grand monde.

La veille, des étudiants militants des mouvements indépendantistes kabyles ont observé au niveau de la Cité universitaire de Targa Ouzemmour, une minute de silence à la mémoire des 128 jeunes kabyles tués à bout portant par des gendarmes algériens.

Dalil Imaxlufen

2 COMMENTAIRES

  1. Azul, afin de corriger l histoire officielle., SI MOHAND, n apas besoin de « si » simple Mohand. Le si est un titre donné aux serviteurs des ottomans pour récolter les impôts. La kabylie a d ailleurs refusée et a fustiger ce colonialiste arabo/muslim. Donc les marabouts n ont pas être honorés, puisque ils ont toujours étaient du côté du colonial. Wait ans see, telle est leur devise !

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici