Algérie : L’islamologue Saïd Djabelkhir condamné à trois ans de prison ferme

4

ALGER (TAMURT) – Une peine de trois ans de prison ferme assortie d’une amende de 50 000 DA a été prononcée, ce jeudi 22 avril, par le juge du tribunal Sidi M’hamed d’Alger à l’encontre de l’islamologue et chercheur en soufisme algérien, Saïd Djbelkhir. Celui-ci est poursuivi pour « offense aux préceptes de l’Islam et à des versets coraniques» suite à une plainte déposée contre lui par un enseignant universitaire de Sidi Bel Abbes, en l’occurrence Bachir Bouyedjra Aberrezak, et ce, avec l’appui de plusieurs avocats, qui se sont constitués comme « plaignants ».

Lors du procès qui s’est déroulé le 1 avril dernier, le parquet avait requis « l’application de la loi à l’encontre de Said Djabelkhir ». Ironie du sort, le plaignant principal, spécialiste en sécurité numérique, enseigne à l’université qui porte le nom de Djillali-Liabès, assassiné par des obscurantistes islamistes le mardi 16 mars 1993, par balles, à la Cité Ben Omar de Kouba. Devenu une cible privilégiée des islamistes et des médias arabophones inféodés au régime algérien arabo-islamique, Said Djabelkhir, faut-il le souligner, est le fondateur du « Cercle des Lumières pour la pensée libre ».

Sa vision progressiste et moderniste de l’islam dérange les tenants du salafisme et du wahhabisme, deux courants de l’islam radical importés de l’Orient et de l’Arabie Saoudite. A noter que plusieurs militants kabyles ont apporté leur soutien à cet intellectuel et chercheur universitaire.

Arezki Massi

4 COMMENTAIRES

  1. c’est juste inconcevable et inacceptable…
    La liberté de pensée !!! …pensée réprimée
    Qu’en est-il de l’ère ou nous vivons !!??
    On encourage la régression et l’endoctrinement ….On ne reconnait plus l’Algérie d’hier…

  2. Azul,
    C’est inacceptable…ET INJUSTE ….ÇA N’A PAS DE SENS…on est au 21 siècle BON SENS !!! pas à l’ére de l’ignorance
    Espérons que ses avocats vont rejeter la sentence….

  3. Le moyen âge algérien avec une justice d’une autre époque, le retour a l’inquisition.
    Une justice archaïque et rétrograde.
    Une honte pour ce pouvoir avec sa justice qui veut imposer des dogmes à la société et empêcher tout travail intellectuel libre et indépendant vis à vis de la pensée unique.
    Il veulent imposer la vision obscurantiste de la religion pour maintenir le peuple dans l’ignorance pour mieux le soumettre.
    Nous devons tous se solidariser avec cet homme car c’est un devoir moral en qualité de citoyens soucieux des valeurs de justice et de liberté et demander sa libération immédiate et sans conditions et l’indemniser pour les préjudices morales subis.

  4. Le vrai problème est dans cette persistente tentative de faire « progresser » l’islam. Un exercice auquel
    le régime islamiste algérien et ses relais « academiques,du régime algérien s’est donné comme rôle de canaliser la société algérienne. Une schyzophrénie. L’évolution de l’obscurantisme est la lumière et pas la penombre, qui sert au régime de pouvoir joindre l’utile à l’agréable: maintenir l’islam comme moyen de contrôle sociétal en top down et passer aux models « démocratie-chrétiennes occidentales. La nuance est grande. L’Etat et les hommes ont été libérés de l’emprise religieuse dès 1648 à Wesphalia avec la séparation de la nation de la religion. Le reste a été le pas de plus avec l’illuminisme. Les démocraties chrétiennes ont un passé de libre pensée des individus. Ce qui ne peut y avoir sans une claire séparation des deux niveaux, la croyance et la cité. Le comble est que pour le régime c’est la Kabylie qui est tenue à s’autocensurer pour que la pax islamique devienne systèmique. Dommage donc pour ce sacrifice individuel dans les tentatives perdantes. On a pas à choisir entre islamismes mais on a notre model où la religion est un fait individuel. Du reste ne dit on pas en Kabyle « chacun rentre seul dans sa tombe »?

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici