Tizi Ouzou : le siège du RCD attaqué

5
Réunion du RCD au siège régional de Tizi Ouzou
Réunion du RCD au siège régional de Tizi Ouzou

KABYLIE (TAMURT) – Comme nous n’avons eu de cesse de le prédire depuis quelques mois, la violence est en train de gagner de plus en plus et dangereusement les fameuses manifestations du vendredi qui se maintiennent sans pour autant afficher clairement des objectifs assumés.

Hier, lors de la marche dite du hirak, c’est le siège du RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie) dans la ville de Tizi Ouzou qui a été pris pour cible. Il s’agit pour rappel du 115ème vendredi de manifestations aux contours extrêmement indéfinis et flous. Le RCD à l’issu de cet incident a rendu public un communiqué pour dénoncer cette agression gravissime qui se produit à Tizi Ouzou, censé être l’un des villes démocratiques. « En ce 115ème vendredi du Hirak, le siège du RCD sis au centre-ville de Tizi ouzou ( en face de la maison de la culture Mouloud-Mammeri) a fait l’objet de deux violations et tentatives de détérioration par un groupe d’individus », dénonce le RCD. Il faut préciser que la première agression s’est produite avant le début de la marche d’hier et la deuxième a eu lieu, avec plus de virulence, après la marche.

Le communiqué du RCD précise en outre que les agresseurs en question « Ces individus ont proféré des insultes et des menaces envers les militants(es) et citoyens(es) présents sur les lieux ». « Cette énième tentative s’inscrit dans une démarche prônée par le régime en place à l’encontre d’un parti qui refuse sa normalisation et sa soumission au diktat du pouvoir. Elle intervient aussi à la veille d’une élection législative rejetée par le RCD et le peuple Algérien », écrit encore le RCD tout en ajoutant : « La police politique commendataire de cette autre tentative de déstabilisation qui fait suite aux menaces, à l’encontre des cadres et militants du parti, ne sauraient le faire dévier de sa mission, ni venir à bout de sa détermination, pour un changement radical du système en place et l’instauration d’un État de droit auquel aspire, légitimement, le peuple Algérien ».

Malgré cet acte barbare, le RCD, ou plutôt ses responsables, continuent d’être partie prenante d’un « hirak » dont on ignore toujours les tenants et les aboutissants. Et dont la mise-mise des islamistes radicaux se confirme de jour en jour.

Idir Tirourda

5 COMMENTAIRES

  1. Ce parti soi disant kabyle qui a toujours placé la transcription en langue arabe bien au dessus de celle Kabyle sur toutes ses banderoles et utilisé systématiquement la langue arabe dans ses documents et déclarations sans que le pouvoir ne le lui impose de façon explicite. Il n’ y a pas si longtemps que ça, ce parti avait violemment empêché un des ses membres, le grand militant Allas Di Tlelli, de brandir le drapeau berbère durant une manifestation de ce parti en plein cœur de Tizi Ouzou. On ne peut oublier le chefton de ce parti, Benabbas, qui a traité à la télévision algérienne des militants du MAK de Moutataghifin… Heureusement que ce parti est microscopique en Kabylie et encore moins en algérie.

  2. La clientèle du régime criminel et des opportunités de tous bords , c’est des comportements de voyous !

  3. Ce nest pas vrai c’est un coup monter le rcd microscopique ne représente rien en kabylie ils veulent se faire de la publicité.qui veux attaquer u parti insignifiant? Que les kabyles rejette

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici