Idir, déjà une année !

1
Idir
Idir

KABYLIE (TAMURT) – Déjà une année s’est écoulée depuis le décès de Idir, de son vrai nom Hamid Cheriet, considéré comme l’un des chanteurs qui ont le plus marqué la chanson kabyle, toutes générations confondues. Plusieurs hommages lui ont été rendus à cette occasion.

Toutefois, le contexte de crise sanitaire n’a malheureusement pas permis d’organiser de grands événements pour marquer le premier anniversaire de la mort de l’artiste Hamid Cheriet plus connu sous le nom de Idir. Il y a eu dans son village natal, Ath Lahcène, à Ath Yanni, l’inauguration d’une statue à son effigie, réalisée en un délai record. Mais à cause de la crise sanitaire, la cérémonie d’inauguration s’est déroulée, le 28 avril dernier, de manière très sobre. Aussi, des expositions de photos et d’archives sur le parcours de Idir, qui s’étale sur plus d’un demi-siècle, ont été organisées aussi bien à Ath Yanni qu’à la maison de la culture Mouloud-Mammeri du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou.

Avec la mort de Idir, il y a une année, le 2 mai 2020, la chanson kabyle a perdu l’un de ses représentants les plus importants surtout quand on sait que Idir avait l’habitude de s’exprimer dans les médias français pour défendre la culture et la langue berbère qui reste à ce jour marginalisée en Algérie, en dépit d’une soi-disant reconnaissance factice. Une reconnaissance dans les textes officiels qui ne trouve aucun prolongement réel sur le terrain où la langue arabe continue d’être imposée, y compris dans les régions les plus reculées de la Kabylie profonde.

Idir est donc irremplaçable car même sur le plan artistique, il avait sa propre touche surtout en ce qui concerne le style moderne dont il s’est spécialisé dès le début flamboyant de sa carrière. Une année après la mort de Idir, beaucoup de Kabyles ont encore du mal à croire qu’il est décédé.

Idir Tirourda

1 COMMENTAIRE

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici