Que risquent les Kabyles résidant en Algérie en cas d’indépendance de leur pays

3
Kader Dahdah, Secrétaire général de l'URK
Kader Dahdah, Secrétaire général de l'URK

CONTRIBUTION (TAMURT) – La menace idéologique à laquelle fait face la Kabylie ne doit pas nous laisser de marbre. L’indifférence qu’observent les intellectuels kabyles est préjudiciable aux futures générations. Brandir le risque de réactions incontrôlées des Algériens contre les kabyles qui résident en Algérie en cas de sécession, mérite une analyse profonde, concise et objective.

Il y a à mon avis 4 types de réactions : la satisfaction, l’indifférence, le regret et l’opposition. Les algériens démocrates conscients des méfaits du pouvoir qui les oppriment, ont déjà exprimé leur satisfaction devant le raz de marré des indépendantistes le 20 avril passé. Ils sont contents de voir qu’un grand nombre de leurs compatriotes essai de se libérer de la junte militaro islamiste ; ils pensent que c’est un espoir aussi pour eux.

La grande masse des Algériens étant non politisée affiche déjà une indifférence totale face à cette situation qui n’a pas d’incidence directe sur leur vie. Ils sont plutôt occupés à faire face aux difficultés économiques quotidiennes.

Parmi les Kabyles résidant en Algérie, on trouve ceux qui approuvent et soutiennent l’indépendance de la Kabylie : ce sont les exclus pour leur attachement à leur langue et culture. A l’inverse, on trouve ceux qui regrettent ce projet : ce sont ceux qui sont déjà acquis à l’idéologie dominante du pouvoir et des islamistes

On peut distinguer le groupe des arabo-baathistes comme ceux qui sont dans le pouvoir à l’exemple de, zeɣmati, Bensedira, Ben Koulla, Mokri, etc. Ceux-là s’opposent à l’émancipation de la Kabylie. Ils s’acharnent à l’éradication de la culture amazighe /kabyle en Algérie. Ils voient une population de 1O millions d’âmes qui veulent quitter la oumma islamia, donc échapperont à l’arabisation, et qui veulent s’affranchir de leur domination.

Enfin on trouve le groupe des islamistes salafistes, qui voient dans une Kabylie émancipée mais liée à l’Algérie, une menace pour la langue arabe et l’islam. Ils ont peur de la perversion de la population algérienne par les valeurs de laïcité, de liberté de culte, d’égalité homme femme portées par la Kabylie. Ils s’opposeront de toutes leurs forces à l’autonomie ou la régionalisation de la Kabylie. Ils seront plutôt favorables à son indépendance. Ils pourront même construire un mur et interdire tout contact.

L’indépendance de la Kabylie n’entraînera aucun risque ou massacre sur les populations kabyles vivant en Algérie. Les Kabyles qui vivent au Maroc en Tunisie et dans d’autres pays arabes n’ont jamais été menacés.

Les Algériens dans leur immense majorité sont pacifiques, c’est le pouvoir qui veut les rendre plus arabes que les arabes et plus musulmans que les musulmans, c’est lui qui les incite à la haine et la xénophobie contre les kabyles mais aussi contre les juifs, les chrétiens…..etc.

Les conventions internationales sont garantes de la sécurité des biens et des personnes pour les kabyles résidant en Algérie. Les seules mesures de nuisance que pourra faire le pouvoir algérien, c’est la fermeture des frontières comme avec le Maroc. Ce qui paraît improbable, si la séparation se passe bien.

Personnellement j’ai des membres de ma famille à Azzaba, à Tlemcène, et dans d’autres villes, nous ne pouvons pas sacrifier la Kabylie, la laisser disparaitre dans le magma arabo islamiste, pour des prétendus risques qui n’auront jamais lieu.

Bien au contraire, ce sera sur la base d’une Kabylie libre que pourront se former les ensembles et régions arabes et Amazigh d’Afrique du Nord. Les risques n’existent que dans l’imaginaire de ceux qui veulent garder le statu quo. Il n’y a aucun risque majeur dès lors que les kabyles s’engagent pacifiquement dans la construction de l’État kabyle dans le respect des idées et des propositions des uns et des autres et dans le strict cadre du droit à l’autodétermination des peuples à disposer d’eux même.

La conférence nationale que propose l’URK, est un des moyens pour avancer doucement et sûrement. Beaucoup de peuples se sont séparés cordialement. Ils se sont retrouvés à coopérer ensemble dans le respect des intérêts des uns et des autres, comme la Tchéquie et la Slovaquie, l’unité par la contrainte et la domination de l’un sur l’autre comme c’est le cas entre la Kabylie et l’Algérie ne conduira qu’à la destruction des deux pays. Soyons des civilisés et non des barbares. C’est du débat que jaillit la lumière.

Yuva DAHDAH, Secrétaire général de l’URK

3 COMMENTAIRES

  1. Nedia Même le mot honneur tu n’en comprends pas le sens ! tu fais partie de ces Tubes digestifs que le système dz ‘a bien formatés comme ces chiens qu’on élève pour les combats de chiens et qui la bave à la gueule ne savent que s’en prendre à leurs semblables ! Ton maître arabiste te paye grassement j’espère ; la pâté est bonne ?

  2. Je suis kabyle aller au diable vive notre armé et notre président 0.0001% de zouaves vous voulez faire vos lois beni ourtilenes kbayli aghamoun aith aissa avec nôtre algerie

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici