RCD-Tizi Ouzou : Boussad Boudiaf n’est plus

0
Boussad Boudiaf
Boussad Boudiaf

KABYLIE (TAMURT) – La nouvelle est tombée tel un couperet. Boussad Boudiaf, l’une des figures les plus connues et les plus actives du RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie) est décédé hier après avoir contracté le coronavirus.

Le RCD et toute la Kabylie viennent de perdre un militant exceptionnel, courageux et dévoué. Plusieurs personnalités ont réagi suite à Boussad Boudiaf, qui a occupé entre autres, le poste de président du bureau régional du RCD à Tizi Ouzou en pleine guerre civile, dans les années 90, mettant quotidiennement sa vie en péril. Boussad Boudiaf était âgé de 73. Said Sadi, ex-président du RCD qui a discuté avec le défunt dimanche dernier, a rendu un long hommage à Boussad Boudiaf. « Il semblait optimiste. Toujours avenant et s’excusant presque d’indisposer les amis par ses désagréments. Malgré notre grande proximité, les militants furent toujours surpris de m’entendre l’appeler Monsieur Boudiaf. Peut-être parce que l’autorité de l’enseignant qu’il fut a constamment déterminé ses propos, actes et positions. Monsieur Boudiaf était un homme vrai. Sa parole n’était ni feinte ni allusive. Subtil, le verbe franc pouvait être incisif voire corrosif contre les postures et les manœuvres qui l’horripilaient plus que tout autre travers, témoigne, Said Sadi.

De son côté, le militant Ahmed Ait Bachir, qui a côtoyé de près le disparu, a témoigné : « C’est comme si cela datait d’hier, lors de la venue du Dr Sadi a Mirabeau en 1989, où j’avais invité pratiquement l’ensemble des cadres de l’ORLAC et d’autres sympathisants dont Da Boussad, directeur du CEM-Heddad. Dès ce jour, il a adhéré au RCD, où nous avons fait un bon bout de chemin ensemble ». De nombreux militants ont été consternés après avoir appris la nouvelle de la mort de Boussad Boudiaf.

Idir Tirourda

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici