Timezrit: Ciné+ rend hommage à Azzedine Meddour

0
Azzedine Meddour
Azzedine Meddour

TIMEZRIT (TAMURT) – L’association Ciné+, Lumière sur la mémoire de Timezrit a rendu, vendredi et samedi derniers, un vibrant hommage au cinéaste et réalisateur kabyle Azzedine Meddour, décédé le 16 Mai 2000 à Alger, et ce au niveau de la bibliothèque communale.

Au programme de la première journée de cet hommage, une projection du film Adrar n Baya (La montagne de Baya). Laquelle projection a été suivie d’un débat fructueux entre des cinéphiles, invités par les organisateurs de cet événement de haute facture. Au deuxième jour, après le dépôt d’une gerbe de fleurs sur la tombe du défunt au cimetière d’Akabiw, à Timezrit, les invités d’honneur de l’association organisatrice de cet hommage, dont Arezki Larbi, le peintre et scénographe, Salem Oussalas, médecin-acteur, Djamel Laceb, enseignant-romancier et Boukhalfa Laouari, enseignant-chercheur à l’UTO, ont parlé sur le parcours et l’œuvre d’Azzedine Meddour.

Né le 8 Mai 1947 à Sidi Aïch, Azzedine Meddour a fait des études en lettres françaises, puis des études de cinéma à Moscou. Il a réalisé de nombreux courts et longs métrages. Il a été primé plusieurs fois pour ses travaux et a obtenu des prix internationaux. Azzedine Meddour est le père de la jeune et talentueuse réalisatrice Mounia Meddour qui a, dernièrement, foulé le tapis rouge du festival de Cannes.

Œuvres du réalisateur Azzedine Meddour :

1980 : Les nouvelles croisades (série de 8 heures en 7 parties), 1er prix au Festival du Caire, 1er prix à Ouagadougou
1982 : La fillette et le Papillon
1983 : Entre nous (fiction), prix spécial du jury à Prague, mention au Festival de Monte-Carlo
1985 : Combien je vous aime, 1er prix du Festival américain du film à New York, section « Perspective »
1986 : Polisario, année 15
1988 : Un survivant raconte
1990 : Des faits et des faits
1991 : La Légende de Tiklat
1992 : Djurdjura
1993 : Le chacal doré, prix du jeune public à Palaiseau, grand prix du CERIST
1997 : La Montagne de Baya (Adrar N’Baya), long métrage en kabyle
1998 : Douleur muette, prix Adolf Grimme, Festival des films du monde de Montréal
1998 : Prix du public Festival de Venise 1997 (clôture de la sélection Mezzogiorno).

Dalil Imaxlufen

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici