Ifri-Ouzellaguen : Marche populaire pour exiger la libération du militant indépendantiste Menad et de ses camarades

0
Comité de soutien à Menad
Comité de soutien à Menad

KABYLIE (TAMURT) – La ville historique Ifri-Ouzellaguen, sise à 60 km au sud du chef-lieu de Vgayet, a vibré, hier samedi, 29 mai, au rythme d’une marche populaire, qui a drainé des dizaines de manifestants, pour exiger la libération du militant indépendantiste Menad Maouche, enfant de la région, et de ses compagnons de lutte, arrêtés le 22 mai dernier à Akbou par la police algérienne et placés sous mandat de dépôt. La mère de Menad a pris part à cette manifestation pacifique, brandissant le drapeau kabyle et une pancarte sur laquelle on peut lire : « Libérez mon fils ».

Au premier rang de la marche, de jeunes adolescents brandissent fièrement une grande banderole sur laquelle est écrit : « Tilleli i Mendad d imdukal-is » (Liberté pour Menad et ses amis). Tout au long du parcours de leur marche, les manifestants, composés d’hommes et de femmes de tout âge, même des enfants, ont scandé à tue-tête des slogans chers aux militants indépendantistes, tels que « Kabylie indépendante », « Mazal-agh d ikbayleyen » (Nous sommes toujours des kabyles) ou encore « Libérez les militants ». Arrivés au carré des martyrs du Printemps noir de 2001, situé dans l’enceinte du siège de la mairie d’Ouzellaguen, les manifestants ont scandé « Pouvoir assassin » et « Ulac Smah Ulac ». Une minute de silence a été observée en mémoire des martyrs de la Kabylie, assassinés par la gendarmerie coloniale d’Algérie. « Leur sang répandu ne sera pas vain. C’est impossible ! », a crié l’un des manifestants, suivi par des cris nourris « Ulac Smah Ulac » de la foule.

A noter qu’une autre marche a eu lieu, le même jour, à Tizi N Tlata, dans la commune d’Ouadhia (Iwadhiyen), à Tizi Wezzu, par des citoyens de la région pour exiger la libération de Younes Kaced, également arrêté le 22 mai, à Abkou, ainsi que les autres indépendantistes. Pour rappel, au total, ce sont seize militants qui ont été violemment interpellés par la police algérienne alors qu’ils s’apprêtaient à prendre part à la marche en hommage à Masin U Harun et en soutien à Ferhat Mehenni. Huit militants indépendantistes ont été mis sous mandat de dépôt et les huit autres placés sous contrôle judiciaire.

Arezki Massi

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici