Younes Adli : « L’émir Abdelkader avait condamné l’insurrection de 1871 »

4
Younes Adli avec Karim Smaili, Tichy, le 29 mai 2021
Younes Adli avec Karim Smaili, Tichy, le 29 mai 2021

TICHY (TAMURT) – Passionnante est la conférence-débat organisée, ce samedi 29 mai, par le chercheur universitaire et militant de la cause amazighe, Younes Adli, autour du thème « Cent cinquantenaire de 1871 : les enjeux de la mémoire ». Initiée par l’association Asaki (Eveil) de Tichy, cette conférence, tenue au centre culturel Idir Achour de Baccaro, s’est déroulée devant un public attentif et passionné, tant l’orateur est connu pour son érudition prodigieuse et ses interventions de qualité.

Younes Adli a rappelé d’emblée que l’insurrection de 1871 en Kabylie, menée par El Moqrani, de son vrai nom Mohand n At-Meqqran, est la plus importante insurrection contre la colonisation française avant la guerre de libération de 1954. « L’insurrection de 1871 en Kabylie était la plus importante avant 1954, et elle allait mettre un terme à l’occupation française », a-t-il déclaré. En effet, cette insurrection s’est étendue tout le long du littoral, depuis les plaines de la Mitidja jusqu’aux abords de Constantine. Ce soulèvement armé contre les envahisseurs français s’est propagé jusque dans la région accidentée du Belezma (à Batna) et même dans le Sahara oriental. « Tous ce que l’émir Abdelkader a voulu faire à l’échelle nationale, il n’a pas pu le faire. Il n’a jamais su asseoir une résistance à l’échelle nationale, contrairement à El Mokarani », a affirmé le conférencier. Celui-ci est revenu justement sur la position de l’émir Abdelkader concernant l’insurrection de la Kabylie contre l’occupant français en 1871. « L’émir Abdelkader avait condamné l’insurrection de 1871 », a souligné Younes Adli. Et d’enchaîner : « Abdelkader était devenu l’ami de la France, il a été décoré de toutes les décorations, et il touchait une pension de l’armée française ».

Pour l’orateur, ce n’est pas pour rien que l’historien Benjamin Stora a recommandé dans son rapport remis au président français Emmanuel Macron, qui l’a chargé du dossier de la mémoire entre l’Algérie et la France, la restitution à l’Algérie de l’épée de l’émir Abdelkader et d’ériger en son honneur une stèle, en 2022, à l’occasion de la commémoration du 60eme anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. Par ailleurs, Younes Adli a manifesté sa méfiance concernant la commission mixte algéro-française sur la mémoire. La nomination du côté algérien d’un partisan de l’arabo-islamisme, en l’occurrence Abdelmadjid Chikhi, un conseiller du président Tebboune, pour co-présider cette commission n’augure rien de bon pour ce militant de la cause amazighe.

Arezki Massi

4 COMMENTAIRES

  1. Azul..
    Wow, j’apprends.Un grand merciiii pour cette information et éclairage.

    Thanemirth +++ à Mr Younes Adli et le transmetteur du contenu de la conférence Mr Arezki Massi

  2. L’émir Abdelkader a été intronisé FRANC-MAÇON le 18 juin 1864, dans la loge du grand orient Les Pyramides d’Egypte, loge où les deux langues employées sont l’arabe et le français. Il est déclaré membre actif de la loge Henri IV.
    Sur sa soumission totale à la france : après sa reddition a Lamoriciere en 1847. Voilà ce que l’emir écrit «  Je viens vous donner une parole sacrée, et qui après elle ne doit laisser aucun doute dans votre esprit, savoir : que je ne m’occuperai plus de fomenter des troubles contre les Français, ni par moi-même en personne, ni par mes paroles, ni par mes écrits, ni par aucun des miens, et cela pendant toute ma vie. Je fais ce serment devant Dieu, par Mohamed, Abraham, Moïse et Jesus-Christ; par la Thora, l’Evangile, les Zoubours, le Coran, par la Mecque et Medine, par la terre Sainte. Je le jure par le Bokhari et le Moslem et ce que nous avons de plus sacré. Je le jure par le cœur et par la langue. Je renonce entièrement à m’occuper des affaires des Français. Tous mes compagnons font le même serment, ceux qui signent la présente et ceux qui ne la signent point, ne sachant pas écrire ; tous au nombre de cent. »
    Déclaration de l’émir AEK à propos de l’insurrection du 7 avril 1871 en Kabylie.
    «  Je dénonce cette insurrection contre la justice, contre la volonté de Dieu et la mienne. Nous prions le tout puissant de punir les traîtres et de confondre les ennemis de la France » 

  3. D’ abord ce fut Napoléon 3 qui le dit  » émir « , dans le cadre de l’  » empire arabomusulman imaginé par Napoléon Bonaparte! Ensuite, il touchera 150.000 francs anciens pour ses services rendus. Enfin pour les arabiseurs, il ne parlait pas du tout l’ arabe, c’est un officiel français qui était parfaitement arabophone pour avoir étudié au Caire, lequel après une rencontre avec ce premier représentant politique clandestin,  » ce mr abdek…ne parle de le patois de son patelin « .Le
    Quand on vous choisit vos représentants politiques » messali aussi avait été parachuté comme leader pour voyager les mouvements de kabyles en France , de même boukharouba l’ autre kouliglis, sera aidé à marcher sur les corps des soldats Aln pour prendre Alger, qui est depuis et toujours otage de la même secte.

  4. L’émir abd lkader un chef de tribue de l’ouest d’Algérie , un analphabète qui signa le protectorat +tafna)français sur l’algérie en 1832 marquant le premier pas de la colonisation de ce pays avec 80% des populations nomade.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici