Tizi Ouzou : Hamou Boumedine dénonce…

3
Hamou Boumedine
Hamou Boumedine

TIZI OUZOU (TAMURT) – Des actes de violences indignes d’une université comme celle de Tizi Ouzou, qui porte le nom de l’illustre écrivain-chercheur Mouloud Mammeri, s’y produisent ces derniers temps. Ce qui a poussé plusieurs acteurs politiques à réagir et à les dénoncer.

Cette fois-ci, c’est Hamou Boumedine, coordinateur du Rassemblement pour la Kabylie (RPK) de tirer la sonnette d’alarme. Hamou Boumedine qualifie ce qui se passe à l’université de Tizi Ouzou de descente aux enfers. « Ce qui s’est passé à l’université de Tizi-Ouzou est symptomatique du niveau de déliquescence de cette institution », précise Hamou Bouemdine en ajoutant : « Les fléaux sont nombreux, et aujourd’hui, c’est l’intégrité physique des étudiants dont il est question. Le recrutement de certains barbouzes comme agents de sécurité a ouvert la porte à des comportements de voyous ». Hamou Boumedine témoigne, dans le même sillage : « En discutant, aujourd’hui, au campus de Bastos avec un ami enseignant, j’ai fait l’amer constat qu’il y a une forme de résignation, à tous les niveaux, à accepter cette situation.

L’université de Tizi-Ouzou, qui a joué dans un passé récent, un rôle prépondérant dans la région sur les plans scientifique, culturel et politique, est devenue un corps malade. Les départs successifs des recteurs trahissent l’instabilité chronique dans l’administration et une remise en cause flagrante des standards dans les cursus de formation, au point où tout est devenu aléatoire ». Nonobstant la responsabilité des pouvoirs publics, il devient urgent que les corps des enseignants, des étudiant (e)s et des travailleurs prennent le problème à bras le corps pour redresser la situation, propose le même responsable politique.

Pour ce dernier, les potentialités existent, il y a lieu de les mettre en mouvement dans l’intérêt de la communauté universitaire d’abord et de toute la région ensuite. « Comme de tradition, la seule voie reste la réhabilitation des structures syndicales de manière démocratique, loin de toutes les manipulations et la corruption qui a gangréné les structures de représentation, à quelques exceptions près », conclut Hamou Boumedine.

Idir Tirourda

3 COMMENTAIRES

  1. Ce personnage est un véritable sous-marin, un spécialiste de l’indignation à géométrie variable. Je me rappelle de la couverture médiatique des journaux algériens du régime lors de la création de son pseudo parti. N’importe quelle de ces déclarations était amplifiée à souhait, pendant que des partis comme l’URK, le MAK ou même le RCD étaient ignorés. Ils ont voulu le gonfler pour lui donner une stature et fragmenter le champ politique kabyle.

  2. Il n’a osé aucun mot pour sur la terreur exercée actuellement par les Organes de répression contre les protestataires. Aucun mot sur les arrestations arbitraires, les tortures et autres sévices, les abus s…ls et les viols (enfants et femmes), les ratissages et toutes sortes de répression et pressions…

    Ce Saadi-iste est notoirement connu : c’est (énième ) élément de la  » contre-opposition  » , un  » chargé de mission  » …

  3. Avant de lire la suite je pensais que hamou boumediane dénonce et condamne le mandat de depots des militants kabyle. Ah a les kharianou khawa khawa!

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici