Arrêtée le 22 mai à Akbou : Qui est Wissem Nasri, artiste et ingénieure, placée sous mandat de dépôt par la justice algérienne?

4
Wissem Nasri
Wissem Nasri

KABYLIE (TAMURT) – Parmi les seize militants indépendantistes kabyles, arrêtés le 22 mai dernier à Akbou et placés sous mandat de dépôt par la justice algérienne, figure une jeune militante de 23 ans.

Il s’agit de Wissem Nasri, native d’Ibarbachene (Barbacha), une région montagneuse située sur la rive droite de la Soummam. Elle vient juste d’obtenir son diplôme d’ingénieure en électronique (Master 2) à l’université de Vgayet. Wissem est aussi artiste et comédienne. Passionnée du théâtre, elle vient d’obtenir le prix de meilleure interprétation féminine lors de la 5e édition du festival de l’étudiant organisé récemment par l’Association culturelle des activités de jeunes (ACAJ) de la commune de M’cisna. « Wissem est aussi une artiste, sa passion est le théâtre. Elle se produit souvent dans la cité universitaire, dans des pièces en hommage aux femmes opprimées, des pièces dramatiques d’histoire et de répression du pouvoir », a témoigné l’une de ses amies. Connue aussi pour son combat aux côtés des féministes en faveur des droits de la femme et de son émancipation, Wissem est « militante, au grand cœur, de toutes les libertés démocratiques », a encore affirmé son amie. Quand les travailleurs de l’entreprise Numilog, filiale du groupe Cévital, protestaient contre leur licenciement abusif, Wissem était présente à leurs côtés lors des marches et sit-in de protestation pour leur manifester son soutien et défendre leur cause.

Pour rappel, cette courageuse militante a été placée sous contrôle judiciaire, le 24 mai dernier, par le juge instructeur du tribunal d’Akbou. Elle a été interpellée en compagnie de 15 autres indépendantistes car ils se sont tout simplement rendus à Akbou en vue de prendre part à une marche pacifique en hommage à Masin U Harun. Le 02 juin dernier, la chambre d’accusation de la Cour de Vgayet a remplacé sa mise sous contrôle judiciaire par un mandat de dépôt, à l’instar de l’ensemble des militants souverainistes arrêtés le même jour à Akbou. « Et pourtant, elle est juste une artiste comédienne, pas une terroriste », a commenté son avocat. Wissem est aussi secouriste du croissant rouge…

Arezki Massi

4 COMMENTAIRES

  1. En déclarant le MAK comme mouvement terroriste, ce pouvoir fait de chaque kabyle un terroriste potentiel même s’il n’appartient pas à cette mouvance.
    Une stratégie mise en place par la junte militaire pour opprimer voir mettre un terme à toute opposition venant essentiellement des kabyles contre leurs pouvoirs absolus depuis des décennies et qui sont prêts à tout pour rester encore.
    Leur stratégie est risquée car un jour va se retourner contre eux.
    C’est une évidence dont seuls ces militaires ignorent.
    La violence ne règle jamais les conflits, je les invite à favoriser plutôt le dialogue car c’est le seul et unique moyen des peuples civilisés pour régler les problèmes.
    La violence appelle la violence et à la haine dont personne ne sortira vainqueur.

  2. Une fleur! Le régime a une vision du monde des conquêtes islamiques. Tout ce qui importe c’est l’affirmation de sa visière sur le terroir. C’est donc une erreur que de s’attendre des subtilités, s’ils ont assassiné Abane puis Mecili c’est parcequ’ils ont plus horreur du savoir et de la sensiblité, parcequ’elle les met à nu devant leur barbarie. Paradoxalement le régime creuse profonde sa tombe en multipliant les actes violents.
    Arracher une fleur est un acte physiquement facile mais dit de la faiblesse profonde des valeurs qui meuvent cet islamisme d’Etat. Une vraie déchirure serait celle de rompre le flux de la nymphe qui anime notre culture, ce qui rendrait facile la tâche aux rongeurs.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici