Deux professeurs de tamazight candidats

6

KABYLIE (TAMURT) – La population de Kabylie a été choquée et déçue en découvrant les noms de deux célèbres professeurs d’université de langue et culture tamazight, sur les listes de candidats aux prochaines élections législatives anticipées du 12 juin 2021, rejetées par toute la population de Kabylie, faut-il le rappeler. Certains ont même cru qu’il s’agissait d’une rumeur.

Mais l’information a vite été confirmée puisque les deux listes où figurent les deux candidats en question ont été rendues publiques ces dernières vingt-quatre heures. La première candidate n’est autre que Melle Lydia Guerchouh, vice-doyenne à l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, docteur en tamazight et enseignante dans le même établissement. Elle est aussi membre de l’Académie algérienne de langue tamazight, un mort-né comme seul le pouvoir algérien sait en créer. Lydia Guerchouh s’est portée candidate aux élections législatives anticipées du 12 juin 2021 sur la liste dénomée « Tagmats » et pilotée par Ouahab Ait Menguellet, président de l’Assemblée Populaire Communale de Tizi Ouzou, ancien maire-RCD, ayant eu des problèmes avec ce parti. Ouahab Ait Menguellet s’est présenté pour un second mandat à l’APC en tant que candidat indépendant et il a remporté la victoire pour devenir maire encore une fois.

Dans la liste de Ouahab Ait Menguellet où figure Lynda Guerchouh, on retrouve plusieurs candidats qui sont des employés à l’APC de Tizi Ouzou, tous proches, bien évidemment, de Ouahab Ait Menguellet. Le deuxième professeur de langue tamazight à s’être présenté aux mêmes législatives controversées n’est autre que Kaci Sadi, une figure très connue du milieu culturel amazigh, en Kabylie. En plus d’être un professeur de la langue et culture amazighe au département de berbère à l’université « Mohand Oulhadj » de Bouira, Kaci Sadi est un poète connu en Kabylie et également écrivain. Ce dernier figure sur la liste de Bouira du parti Djil El Djadid, présidé par Sofiane Djilali. Une vague d’indignation a suivi l’annonce de la candidature des deux professeurs de tamazight en question.

Tarik Haddouche

6 COMMENTAIRES

  1. Mieux vaut ces deux Broufessours que des barbus.
    Le probleme c’est que je ne comprends pas comment on passe de professeur dans une faculte a un poste de membre de l’assemblee ? du jamais vu dans aucun pays : en general cela se fait quand ils ou elles sont a la retraite mais je ne sais si c’est le cas.

  2. Azul…
    Noter qu’à défaut de candidats démocrates, les Islamistes l’emporteront !!!! le risque est là…

    THANEMIRTH

  3. Ils ont reçu combien ?
    Les vendus existerons toujours, hier les harkis avaient tué leurs frères, violé leurs compatriotes, rien ne sera étonnant.

  4. En France il y a eu Vichy où les collabos avaient établi la zone dite « libre » mais sous contrôle Allemand, En Kabylie il y aura Tizi et Tichy où les KDS de tous poils pactisent avec l’ennemi héréditaire devenu un produit dérivé du néocolonialisme. La Kabylie est maintenant le siège de toutes les convoitises car nulle part ailleurs en Algérie , l’Etat Algérien ne trouve autant de résistance.Il ne pourra gouverner tranquillement sans tenter de la soumettre à n’importe quel prix. L’appât du gain encore et toujours ! .

  5. Le régime a toujours cherché de vendre l’annexion individuelle de l’Etat, dimension , souvent obtenue grace au chantage sur des fonctionnaires, avec l’adhésion politique. kacem nait belkacem aussi avait été dans les rangs du Baath Fln islamiste, cela n’a pas drainé la Kabylie derrière ses prêches, au contraire la Kabylie l’a simplement expulsé de la stérilisé. La Kabylie n’est pas violente parcequ’elle sait distinguer le vrai du faux. Le régime enseigne certe le Tamazighth mais il le fait dans le cadre idéologique de l’Etat arabe, donc l’enseignement de Thamazight ne peut être la référence symbolique de la Kabylie mais la construction d’un Etat Kabyle est l’unique objectif fondamental pour avoir une école et d’autres institutions fonctionnelles. Enseigner thamazight sans un Etat dûment amazigh est un leurre. N’est ce pas le « haut commissariat à l’amazighité » qui nous vendait l’idée d’une transcription de Thamazight en caractères arabes? C’est dans ce cadre qu’agissent ces enseignants, ce sont des fonctionnaires comme tous ceux qui travaillent pour l’Etat arabe.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici