Congrès des Kabyles du Canada (CKC): « Lynda Sebti, la relève kabyle engagée et éclairée. »

0
Lynda Sebti
Lynda Sebti

MONTRÉAL (TAMURT) – C’est avec un immense plaisir que l’équipe du journal a appris une superbe transparente transition démocratique dans une organisation kabyle. Un miraculeux primer. Il s’agit du Congrès des Kabyles du Canada (CKC). Lynda Sebti a succédé à Hocine Toulaït, l’ancien président de l’organisation. Nous félicitons la nouvelle présidente et lui souhaitons le meilleur des réalisations dans son rôle. Par ailleurs, nous remercions Djamila Addar pour son grand travail médiatique. Nous publions intégralement un texte de cette organisation daté du 7 juin 2021.

Lynda Sebti est la nouvelle présidente du Conseil d’administration du CKC. Voici son protrait :

Native de Boghni en Kabylie, Lynda est arrivée au Québec à l’âge de 10 ans. Cette jeune enseignante de 29 ans est dynamique, souriante, à l’écoute des autres, optimiste, chaleureuse, persévérante et disponible. Elle adore les grands défis, les projets et les activités qui touchent sa communauté kabyle du Canada et sa Kabylie.

Pour elle, le CKC est une grande maison kabyle, qui permettra aux Kabyles du Canada d’être reconnus, d’être ce qu’ils sont, d’être visibles et influents dans toutes les sphères de la société. Les Kabyles ont de grandes qualités, des compétences dans divers domaines, qui doivent être mises à contribution pour le développement de notre société. Le CKC est, pour elle, une organisation qui défend nos valeurs, nos intérêts dans le but d’assurer notre épanouissement et notre développement. Il va sans dire qu’elle a trouvé sa place dans la grande famille du Congrès des Kabyles du Canada par les valeurs qui sont mises en avant telles que l’union et la solidarité, le respect et la dignité, l’égalité hommes-femmes, la tolérance et l’ouverture ainsi que la modernité et le pacifisme. D’ailleurs, elle fait partie du conseil d’administration depuis la création du CKC. Elle s’est impliquée et a beaucoup appris avec ses collègues du CA. Elle a acquis des connaissances et des compétences qu’elle désire mettre de l’avant.

Elle dit à ce sujet : « Je suis touchée, blessée, car la communauté kabyle n’a pas pris la place qui lui revient. C’est pour cela que je me suis engagée au Congrès des Kabyles du Canada. À cet effet, je m’engage à écouter la communauté kabyle, à la soutenir, à poser des actions pour son épanouissement et son développement. Pour ce faire, je m’engage aussi à respecter et à défendre les valeurs, les principes et la mission du CKC. »

La jeunesse kabyle est très importante et elle tient à son implication, de près ou de loin. Elle est un capital pour chacun de nous, car sans elle, sans ces jeunes, la survie des valeurs kabyles est incertaine. Comme il a été si bien dit lors des assises du Congrès des Kabyles du Canada du 13 mai 2018 : « Il appartient à cette première génération de porter le flambeau des valeurs kabyles pour illuminer le chemin des futures générations. » C’est pour cette raison qu’elle désire se donner corps et âme à la grande famille du CKC en présidant cette organisation, car la jeunesse est la relève. Pour y arriver, elle mise sur la collaboration, l’entraide et le travail d’équipe. Le Congrès des Kabyles du Canada est une famille qui se doit de travailler ensemble pour mener son bateau à bon port.

« En travaillant ensemble et en réunissant nos potentiels et nos richesses, nous pouvons relever de grands défis et accomplir de grandes réalisations. »

« J’encourage tous les jeunes Kabyles du Canada à réfléchir et à me rejoindre dans cette grande famille, cette famille qu’est la nôtre. »

TAMURT

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici