Développement : Délaissés par l’Etat algérien, des villages kabyles se prennent en charge par leurs propres moyens

5
At Koufi
At Koufi

KABYLIE (TAMURT) – Abandonnés par l’Etat algérien, qui les prive des commodités élémentaires pour une vie décente, des villages kabyles ont décidé de compter sur eux-mêmes, en lançant de louables initiatives villageoises pour subvenir à leurs besoins et améliorer leur cadre de vie. Le peuple kabyle puise sa force dans sa solidarité légendaire pour relever les défis liés au développement et à la vie en général.

Ces jours-ci, trois villages kabyles, à Tizi Wezzu, Tuvirett et Vgayet, donnent l’exemple pour remédier à leur exclusion des programmes du développement par les pouvoirs publics algériens. Le premier, c’est le village At Kouffi, relevant de la commune de Boghni, qui souffre cruellement des pénuries récurrentes en eau potable. Les habitants de cette paisible bourgade montagneuse se sont mobilisés comme un seul homme pour financer et réaliser une conduite d’eau potable sur une longueur de 7 kilomètres afin de s’alimenter en ce liquide précieux depuis la source d’eau intarissable Thinzar (narines), qui jaillit du sommet des montagnes du Djurdjura. Pour assurer la réussite de cette opération, qui s’inspire de la solidarité légendaire des kabyles, chaque famille d’At Kouffi a cotisé la somme de 5 000 DA. Le comité du village s’est chargé de la collecte des cotisations, auxquelles s’ajoutaient des dons de bienfaiteurs de la région. « C’est un moment de crise, il fallait de la solidarité. L’écho à l’appel lancé pour Tiwizi (solidarité) a été positif. C’est tout le monde qui a adhéré. Ce projet a un impact sur la population, car il réglera le problème du manque d’eau potable », ont indiqué les coordinateurs de cette action. « Pour moi, contribuer à ce genre de projet pour mon village est plus qu’une obligation », a déclaré un citoyen d’At Kouffi.
Par ailleurs, l’association At Kouffi de France avait lancé une cagnotte en ligne pour contribuer à ce projet. « Notre conscience est interpellée, aujourd’hui, d’être aux côtés de nos concitoyens qui passent une épreuve si difficile. Pour cela, on lance cette cagnotte en guise de nôtre soutien et contribution au projet lancé par la population », ont écrit les responsables de cette association. Ainsi, au bout d’une dizaine de jours de labeur, dans une ambiance conviviale et dans un esprit d’entraide, les habitants d’Ath Kouffi ont relevé le défi. Le coût de ce projet avoisine les 3 millions de dinars (2 767 000 DA). Ce montant représente essentiellement les frais d’acquisition des conduites en PEHD (polyéthylènes haute densité), installées sur un linéaire de 7 km.

Pour leur part, les citoyens du village Iwaquren (Raffour), à Tuvirett, se sont distingués, récemment, par leur mobilisation pour l’aménagement d’un espace vert d’une superficie de 500 m2. Ils comptent y planter des arbres, installer des bancs et tables pour servir de lieu de détente, de repos et de rencontre pour les citoyens de la région, et ce, en l’absence dans cette localité d’infrastructures dédiées aux loisirs. Ce projet est financé par les citoyens d’Iwaquran.

Dans la région de Vgayet, l’association « Bouge ta ville » de Tichy multiplie ces derniers temps des initiatives citoyennes pour réhabiliter les jardins publics de cette commune côtière. « Notre combat se veut concret et constructif en enrichissant et en recréant les espaces dédiés au retour des espèces animales et végétales censées assurer le cycle vertueux de la diversité biologique indispensable à notre survie et de notre environnement immédiat, à savoir nos jardins de Tichy, nos quartiers et nos nombreux villages », a annoncé cette association dans un communiqué. Devant l’inaction des pouvoirs publics et les défaillances de l’Etat algérien, des initiatives de ce genre sont lancées un peu partout en Kabylie par de braves citoyens, qui ne croient plus aux promesses sans lendemains de l’administration algérienne en matière de développement. Il aussi utile de rappeler ici les opérations de solidarité lancées à travers la Kabylie par des mouvements associatifs pour venir en aide à des patients nécessitant des soins à l’étranger. Des sommes colossales sont collectées grâce à la générosité des citoyens kabyles et des industriels de la région pour permettre le transfert de malades à l’étranger afin de se faire opérer.

Arezki Massi

5 COMMENTAIRES

  1. L’état algérien ne contribue qu’à construire des mosquées et payer des imams arabes venus d’autres contrées algeriennes. Il faut penser à lancer et maintenir une opération de boycott total de ces mosquées qui de plus appellent les «  fidèles », chaque vendredi, à mettre au banc de la société kabyle, les militants du MAK. Il est temps de dure stop a cette engeance du diable.

  2. Bravissimes. L’Etat arabe investit en Kabylie son arabisation et ses imams pour s’assurer le contrôle social et culturel.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici