Le professeur LHOCINE YAHYA sur Radyu TAMURT : « Après le zéro-vote, vivement une Conférence nationale kabyle »

6
Pr Lhocine Yahia
Pr Lhocine Yahia

KABYLIE (TAMURT) – La proposition faite par l’Union pour la République Kabyle (URK), qui a appelé à la tenue d’une « Conférence nationale kabyle » est non seulement « une excellente initiative », mais un évènement qu’il faut organiser « en toute urgence », a soutenu, ce dimanche 13 juin, le professeur Lhocine Yahia dans sa chronique hebdomadaire Seg Ugafa i-d nmuqel diffusée sur les ondes de Radyu Tamurt.

« Après le zéro-vote réalisé en Kabylie lors du scrutin législatif algérien, un résultat similaire à ceux de la présidentielle de décembre 2019 et du référendum constitutionnel de novembre 2020, il faut maintenant aller vers une conférence nationale kabyle. Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. L’initiative de l’URK, qui a appelé à cet évènement, est excellente. Nous devons mettre de côté les tiraillements et les jalousies, qui nous font perdre beaucoup de temps, et nous atteler pour organiser en urgence cette conférence nationale », a plaidé ce chercheur à l’université polytechnique de Montréal.

Pour ce professeur, les trois boycotts consécutifs du peuple kabyle des élections algériennes montrent que la Kabylie est entrée en dissidence ouverte et sur tous les plans avec l’Algérie. « Ces trois zéro-vote prouvent qu’il n’y a désormais aucune relation entre l’Algérie et la Kabylie. La seule relation qui reste est celle de l’occupation de la Kabylie par l’armée algérienne, qui a été épurée de ses cadres kabyles. Maintenant, il faut officialiser cette dissidence en allant vers une conférence nationale kabyle pour construire notre propre Etat indépendant », a affirmé ce professeur en génie biomédical. Comment concrétiser ce projet de conférence nationale kabyle ? Pour Lhocine Yahia, il ne faut surtout pas mépriser les petits commencements. « Le nombre de participants n’est pas aussi important que la qualité des personnes qui prendront part à cette conférence. Pour moi, une vingtaine ou une trentaine de personnes est suffisante pour tenir une première conférence nationale kabyle. Aussi, on peut mettre à profit les nouvelles technologies pour organiser un tel évènement », a-t-il souligné, avant d’insister sur la nécessité du respect de certains critères pour participer à cette conférence nationale. « L’intégrité morale et éthique, ainsi que la maturité, qui se traduit par le respect des différences, sont parmi les critères essentiels que doit avoir un éventuel participant à cette rencontre. Il faut aussi miser sur les personnalités qui savent prendre du recul », a plaidé ce directeur du labo d’innovation en biomatériaux avancés.

Ce scientifique estime que la conférence nationale kabyle est la seule voie capable d’accélérer la marche de la Kabylie vers son indépendance. Lhocine Yahia pense également qu’il y a des personnalités kabyles travaillant dans le domaine scientifique, académique ou autres, non médiatisées, qui peuvent appuyer l’initiative d’une conférence nationale kabyle et y prendre part. Par ailleurs, l’animateur de la chronique « Seg Ugafa i-d nmuqel met en garde contre toute velléité de négociation avec Alger pour accepter l’offre d’un statut particulier pour la Kabylie, telle qu’une large autonomie. « Ce statut servira à garder la Kabylie dans le giron algérien. On aura rien réglé avec l’autonomie », a-t-il averti.

Arezki Massi

6 COMMENTAIRES

  1. Quand on sait que l’élite usée qui a abusé et rusé est discréditée ua yeux du peuple kabyle. il ne reste que l’espoir d’une nouvelle porteuse d’espoir.
    Je crois que c’est le moment pour la naissance d’une nouvelle élite attachée aux valeurs pour mettre sur rail la kabylie nouvelle. La confiance se gagne par le sérieux et les capacités intellectuelles à offrir à la jeunesse et la kabylie meurtris. Je souhaite vivement du sang nouveaux, des idées innovante,avec un engagement d’une excellence intellectuelle pour sortir notre chère kabylie du marasme et des blessures infligés à notre peuple, qui continue de souffrir à cause des irresponsables et d’un pouvoir diabolique. Action ?engagement pour un renouveau salutaire.

  2. @Kamel
    Je pensais déjà que les kabyles étaient un peuple de naufragés échoués sur une montagne, mais là je crois que c’est le super-tanker post-sovietique algérie qui va bientôt s’echouer tout entier. Des imposteurs autant incompétents qu’ilégitimes et corrompus, se sont emparés d’un paradis en 1962 pour le transformer en enfer arabo-islamique. Résultat :
    – nouvelle constitution : le coran.
    – nouvelle langue des kabyles : larbiya.
    – je ne parle pas de l’économie car il n’y en a pas.
    Pauvre kabylie, qu’ont-ils fait de toi.

  3. @Argonne, cherchez l’erreure, la montagne vive de l’apport de l’émigration de ses enfants.
    Sinon ce pseudo pays qui est lánegerie c’est la desolation.

  4. Azul. Moi je pense qu’ils sont partis a cause des boss illettrés dans toutes les entreprises anegeriennes et il n ya pas d’école digne pour l’éducation des enfants même adultes rien .un trou noir et désolation. Vive l’indépendance de la Kabylie.

  5. -« Ils quittent un à un le pays, pour s’en aller gagner leur vie, loin de la terre où ils sont nés, depuis longtemps ils en rêvaient, de la ville et de ses secrets,.. Pourtant que la montagne est belle, comment peut-on s’imaginer… » Jean Ferrât

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici