Vgayet : Il y a eu moins de 1500 votants et non 4436 lors des législatives

2

VGAYET (TAMURT) – En annonçant 4436 votants lors des élections législatives de samedi dernier, l’ANIE a plus que manipulé les chiffres. Le nombre de votants serait, selon l’aveu même des participants à cette mascarade, inférieur à 1500 votants.

L’un de ces malheureux candidats, richissime entrepreneur d’Amizour, a officiellement saisi qui de droit pour mettre la lumière sur une manipulation à outrance du nombre de votants, et surtout le bourrage des urnes au profit de la liste FLN. Selon ce candidat, plus de 3000 bulletins ont été comptabilisés dans un centre de vote à Tala Hamza, d’où est originaire l’un des candidats en lice du FLN. Un candidat également élu à ladite APC. Le hic est que ce centre n’a jamais été ouvert lors de ce simulacre d’élections. Énigmatique !

Les autres candidats ont aussi adressé une requête collective aux autorités compétentes, leur demandant de déclarer cette élection nulle et non avenue. Au-delà de cette guéguerre entre les larbins du pouvoir algérien, toute la population de Vgayet de Kherrata à Tazmalt, en boudant les urnes, a délivré un message sans équivoque au pouvoir. « Nous ne voulons plus de votre Algérie », tel est, en filigrane, le message des bejaouis.

Dalil Imaxlufen

2 COMMENTAIRES

  1. L’Algérie arabe fête le féodalisme…

    La géopolitique du fait accompli. Ils peuvent ne pas voter, boycotter jusqu’à hauteur de 99% sans que cela ne fasse sentir le pouvoir en danger. C’est la réplique des votants oui, par la baraka islamique, quand boumediene faisait 99,99% de oui à sa charte nazi-arabislamique. La démocratie quand elle est de façade est simplement un ornement extérieur à exhiber comme trphée pour certain un rétrécissement à subir pour ensuite se sentire libre des contraintes. C’est la formule arabilslamique. Or démocratie pour de vrai c’est être toujours comptable devant la communauté des citoyens qui vous déléguent au rôle.
    Ce que l’on a vu en Israël – même si l’on partage pas les idées des uns et des autres, le procédé électoral onctionne à merveille, parceque les dirigeants sentent leur appartenance au peuple.

    Si le désert est productif au Negev et que la Mitidja est désertique et le manque d’eau à boire accompagne les inondations en Algérie ce n’est ni un destin prédéterminé ni une fatalité historique, mais bien un problème civilisationnel. L’Algérie islamique renforce la notion de chef qui n’est pas tenu de rendre compte à personne, ce qui n’est pas le cas de la citoyenneté dans la culture moderne, model qui en Kabylie est assumé comme dimension culturelle avant que ce ne soit une revendication matérielle, comme le suggère le hirak, une sorte d’un plus de droit auctroyés par le régime existent. C’est le paradigme qui fait la différence pour la « oumma » la démocratie est accesoire pour la Kabylie elle est vitale.

  2. Je m’en fous des élections arabomuzs, mais j’apprécie « qu’il soit écrit ici ,VGAYET au lieu de Bgayet encore moins de Bedjaya » Tanmourt a Dda IMAXLUFEN … RESISTANCE !!!

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici