Me Kader Houali revient sur sa rencontre interdite au Café littéraire de Tichy : « J’avais préféré que la conférence ne se tienne pas que de changer de thème »

0
L'avocat Kader HOUALI
L'avocat Kader HOUALI

KABYLIE (TAMURT) – Le Maître Kader Houali est revenu, ce dimanche 20 juin, dans une déclaration rendue publique, sur les circonstances de l’interdiction par l’administration algérienne de la conférence qu’il devait animer, samedi dernier, au niveau du centre culturel Idir Achour de Bacarro, et de son refus de changer le thème de sa conférence, comme cela lui a été proposé par « les autorités locales ». « Il était inconcevable pour moi de courber l’échine devant la volonté de la police de la pensée. C’était une question de principe pour moi. J’avais préféré que la conférence ne se tienne pas que de changer de thème », a déclaré cet avocat du barreau de Tizi Wezzu.

Selon Me Kader Houali, le thème de sa conférence dérange l’administration algérienne. « La conférence que je devais donner pour le café littéraire de Tichy au centre culturel de la même ville, a été empêchée par les autorités de la wilaya de Bgayet. Le thème de la conférence ‘’instrumentalisation de la justice : quel impact sur les droits de l’Homme ?’’, n’était pas du goût des autorités locales de la wilaya », a-t-il souligné. Malgré l’énorme pression exercée sur lui, cet avocat dit avoir refusé de courber l’échine. En effet, selon Me Kader Houali, le chef de sûreté de wilaya, le wali, le chef de daïra, ainsi que le maire de Tichy, étaient tous venus « superviser l’empêchement par la force publique de cette conférence ». Le motif évoqué par ces « autorités locales » pour interdire cette rencontre, à savoir que « le thème de la conférence porte à confusion », est qualifié par cet avocat de « Drôle d’alibi ! ». La tentative de marchandage du P/APC de Tichy avec ce militant des droits de l’homme n’a pas marché. « Le maire, qui a joué au porte-parole du wali, était venu me voir pour me demander de changer le thème de la conférence si je voulais l’animer. Une injonction à laquelle j’ai répondu par un niet catégorique », a affirmé Me Kader Houali.

Celui-ci a par ailleurs expliqué les raisons l’ayant poussé à reporter cet évènement. « (…) compte tenu de l’ambiance électrique qui régnait dans la salle, j’avais décidé de donner un autre rendez-vous aux organisateurs pour éviter qu’il y ait des émeutes, sachant que l’assistance était très en colère contre cette interdiction, la première en son genre depuis l’existence du café littéraire de Tichy », a-t-il annoncé. Cet avocat, connu pour son engagement courageux dans la défense des militants indépendantistes kabyles, en proie ces jours-ci à un acharnement judiciaire sans précédent, a lancé via sa déclaration « un signal d’alerte quant au rétrécissement du champ des libertés, notamment dans cette région (Kabylie, NDLR) qui a donné une énième gifle au régime après le zéro vote du simulacre dernier (scrutin législatif, NDLR), et qu’on fait tout pour lui faire payer sa rébellion ».

Arezki Massi

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici