Matoub revient cette semaine

1
Lounès Matoub
Lounès Matoub

KABYLIE (TAMURT) – Le 23ème anniversaire de l’assassinat de Matoub Lounès sera marqué par une multitude d’activités, culturelles et artistiques un peu partout en Kabylie, en France et au Canada.

Tout comme chaque année, en pareille période, les Kabyles rendront des hommages à leur poète assassiné un certain maudit 25 juin 1998 à Tala Bounane entre la ville de Tizi Ouzou et Taourirt Moussa, village natal de l’artiste. Des associations, la fondation Matoub, la direction de la Culture et des Arts de Tizi Ouzou sont en train d’apporter les dernières retouches aux préparatifs des activités culturelles qui seront organisées en hommage à Matoub dès la veille du 25 juin prochain. Parmi les activités en question, on peut citer le concours du meilleur portrait de Matoub Lounès, organisé par la direction de la Culture et des Arts de Tizi Ouzou.

Tous les portraits qui seront proposés à ce concours seront exposés dans les différents halls de la maison de la culture Mouloud-Mammeri à partir du 24 juin prochain, en plus des expositions de coupures de presse et de photos retraçant les différentes étapes du parcours artistique et de la lutte de Matoub pour la démocratie, pour l’identité kabyle et amazighe et contre l’intégrisme et le pouvoir algérien. Par ailleurs, de nombreuses conférences seront données un peu partout à Tizi Ouzou, par des universitaires et des écrivains ayant travaillé sur l’œuvre de Matoub Lounès.

Les communications qui revisiteront l’œuvre poétique et musicale de Matoub ainsi que son combat seront données entre autres par Djamel Laceb, Yacine Hebbache, Takfarinas Nait Chabane, Said Chemakh, etc. En France aussi et au Canada, de nombreuses activités et recueillements seront dédiés à Matoub, le patriote de toutes les patries opprimées.

Idir Tirourda

1 COMMENTAIRE

  1. Il ne faut surtout pas accepter les hommages qui seront rendus sous le fameux haut patronage de ministres, de walis, de représentants de l’Etat algérien… Cela fera se retourner Matoub dans sa tombe. Matoub doit être commémoré et célébré par les Kabyle simples, simplement, sans les moyens superflus de l’Etat. Sinon, c’est la route directe vers la folklorisation et le dévoiement de son oeuvre…

    Matoub n’a rien à voir avec l’Etat, il était un anarchiste qui se revendiquait d’autres anars tels que Bakounine. L’Etat ce n’est pas le patriotisme disait-il. Les expositions de ses photos sur de simples tables à l’université ou dans des villages valent plus que l’enferment ou l’enterrement de son oeuvre dans des bâtiments étatiques où le public ne se sentirait plus chez lui. Le comble serait d’arriver au point où il nous faut demander l’autorisation de rentrer pour voir une exposition sur Matoub !!!

    Le 2e grand risque c’est de minimiser le combat de Matoub pour l’émancipation de la Kabylie. Il a certes milité pour les droits de l’Homme sous toutes ses formes, pour une démocratie majeurs et pour une Algérie meilleure. Mais il y a aussi un autre aspect de Matoub auquel la jeunesse Kabyle est attachée, cela certains veulent le cacher, le nier comme s’il n’a pas existé y compris par des gens les plus proches de lui, c’est son combat pour une République de Kabylie, Dwas an carreg Tamurt disait-il. Cet ultime combat, on veut nous l’escamoter. Ne laissons pas le testament de Matoub se faire piétiner.

    SI ce que je dis est faux, alors dites moi si la vidéo où il appelle à la République Kabyle est présente sur le site de la fondation qui en principe porte son nom ou bien dans ces maisons de la culture ou dans ces directions de la cultures ou dans ces mairies ou dans tout ce qui touche l’argent de l’Etat…

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici