Raffour : Imposante marche populaire pour exiger la libération du militant indépendantiste Younes Bounadi et de tous les détenus d’opinion

0
Marche pour la libération du militant indépendantiste Younes Bounadi et de tous les détenus d’opinion
Marche pour la libération du militant indépendantiste Younes Bounadi et de tous les détenus d’opinion

KABYLIE (TAMURT) – La population de Raffour (Tuvirett) et des localités avoisinantes a répondu massivement à l’appel lancé par des leaders associatifs de la même région, structurés dans un Comité ad-hoc, pour une journée de grève, suivie d’une marche populaire, en vue d’exiger la libération du militant indépendantiste Younes Bounadi et de tous les détenus d’opinion. Malgré un soleil de plomb, des centaines de jeunes hommes et femmes, des personnes âgées et des adolescents ont pris part à cette manifestation, qui s’est déroulée, ce samedi 10 juillet.

Tout au long de leur marche, qui s’est ébranlée vers 09h de Raffour vers le siège de la daïra de M’Chedellah, sur un linéaire de 5 km, les manifestants scandaient des slogans hostiles au pouvoir algérien, tel que « Pouvoir assassin ». D’autres slogans revendicatifs ont été entonné par les marcheurs : « Libérez Younes Bounadi », « Assa azeka, Younes yella yella » ou encore « Liberté pour les détenus d’opinion ».

Pour rappel, Younes Bounadi a été interpellé, le 22 juin dernier, à minuit. Sur deux banderoles, déployées au-devant de deux carrés, nous pouvons lire : « Un peuple pacifique, un pouvoir violent » et « Thilelli i Younes Bounadi ». Des manifestants brandissaient également des portraits des détenus kabyles, qui croupissent dans les geôles algériennes depuis plusieurs mois, à l’instar de Lounes Hamzi et Djamel Azaïm. Lors de la prise de parole organisée devant le siège de l’APC de M’Chedellah (ex Maillot), les intervenants ayant succédé au micro, tout en exigeant « la libération immédiate et inconditionnelle de Younes Bounadi et de tous les détenus d’opinion et politiques », ont fustigé le pouvoir algérien et ont dénoncé ses pratiques répressives.

A noter qu’à la fin de la marche, des policiers en civil ont tenté d’arrêter un jeune manifestant. Toutefois, la vigilance et l’intervention rapide d’autres manifestants ont permis sa délivrance. « Des actions similaires devraient être organisées partout en Kabylie », a soutenu l’ex parlementaire Khaled Tazaghart, qui s’est déplacé à Raffour pour participer à cette marche pacifique.

Arezki Massi

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici