Tizi-Ouzou: les villages s’auto-confinent…

1
Controle d'un ciotyen, à l'entrée d'un village en Kabylie
Controle d'un ciotyen, à l'entrée d'un village en Kabylie

KABYLIE (TAMURT) – Dans plusieurs communes de Tizi Ouzou, les villes et les villages sont entrés dans une phase d’auto-confinement d’une durée de quinze jours depuis hier et ce, afin de tenter de réduire la propagation du coronavirus.

L’Etat n’ayant pratiquement annoncé aucune mesure concrète suite à l’explosion du nombre de morts et de celui des cas graves de patients atteints de la covid-19, ce sont les comités de villages qui ont pris le relai. Rester sans réaction face à l’escalade du coronavirus qui bat son plein depuis une quinzaine de jours est synonyme de non-assistance à population en danger. Les premiers à avoir ouvert la voie, ce sont les comités des villages des quatre communes dépendant de Boghni et qui ont décidé d’un confinement d’une durée de quinze jours depuis vendredi dernier. Il faut dire que Boghni est actuellement la région où l’on enregistre le plus de morts et de de patients présentant des formes sévères de la maladie de la covid-19, en plus de Draa El Mizan, Azazga et Larbâa Nath Irathen. Dans ces localités aussi, la population a pris son destin en main sous la houlette des comités de villages aidés par les élus locaux, dont les maires.

Dans les communes de Makouda également, où la situation n’est pas aussi alarmante, une réunion des élus et des comités de villages a abouti sur la prise d’une batterie de décisions dont celles imposant aux citoyens d’observer les mesures de prévention contre la propagation du coronavirus, la réduction des passagers dans les moyens de transport public de moitié… Dans les localités classées zones rouges, il a été décidé de ne servir les clients des cafés maures et des restaurants qu’avec la formule « à emporter ». Pratiquement tous les marchés hebdomadaires du département de Tizi Ouzou ont été fermés jusqu’à nouvel ordre. Et les fêtes y sont interdites. Tout comme les cérémonies d’enterrement où des dizaines voire des centaines de personnes ont l’habitude de s’y regrouper pendant toute la nuit et le lendemain jusqu’à l’enterrement de la personne décédée.

En somme, il s’agit d’interdire tout regroupement des citoyens. De même que les citoyens sont invités à rester chez eux et de ne sortir que dans des cas de nécessité absolue. Comme pour se rendre au travail ou encore afin de faire les achats indispensables pour la survie.

Idir Tirourda

1 COMMENTAIRE

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici