Tizi-Ouzou: ces personnalités emportées par la Covid-19…

2
Coronavirus
Coronavirus

KABYLIE (TAMURT) – Le département administratif de Tizi Ouzou continue de compter ses morts avec la recrudescence de la pandémie de la covid-19 et l’arrivée du maudit variant delta. Une troisième vague très meurtrière.

De grands médecins ayant accumulé près d’un demi-siècle une grande expérience, des militants de la cause berbère et de la démocratie, des artistes, etc. de Tizi Ouzou ont perdu la vie ces derniers mois après avoir contracté le coronavirus. Il s’agit d’un vrai drame et la population n’est pas en mesure de se relever de sitôt d’une telle tragédie à cause de son étendue et des séquelles qu’elle ne manquera pas de laisser. Parmi les personnalités de Tizi Ouzou qui ont quitté ce monde à cause de la maladie de la covid-19, il y a eu de célèbres médecins à l’instar du spécialiste en traumatologie au centre hospitalo-universitaire Nedir-Mohamed, le docteur et professeur Youcef Melbouci. En plus de ses compétences acquises au fil des décennies d’expérience, le professeur Melbouci, était un médecin extrêmement populaire et estimé dans la région. Il y a eu aussi le docteur Abderrahmane Si Ahmed, allergologue et artiste. En plus du militant de la démocratie et du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie, Boussad Boudiaf, puis après l’un des vingt-quatre détenus du printemps berbère, à savoir le défunt Rachid Ait Ouakli.

Parmi les personnalités nous ayant quitté, dans la même région, à cause de ce coronavirus, il y a eu le chanteur Mohand Ouali Kezzar, frère de l’écrivain Améziane Kezzar ainsi que le journaliste-correspondant du Soir d’Algérie à Tigzirt Kamel Bougdal. Et, tout récemment, Samir Arkam, militant sincère et engagé de la cause amazighe, emporté par la covid-19 à la fleur de l’âge. La liste est malheureusement loin d’être complète car, il y en a encore tant d’autres dont plusieurs directrices d’établissements scolaires. On peut citer, entre autres, Djaouzi Farida née Ghemour, décédée hier à l’hôpital Lounès-Meghnem d’Azazga. Elle était directrice de l’école Djemai Hachimi. Elle avait 51 ans.

Idir Tirourda

2 COMMENTAIRES

  1. Ce qui est regrettable, c’est que les Kabyles, à ce jour, continuent de se déplacer sans masque et à croire que la Covid était un complot?

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici