Tizi-Ouzou: Transfert du dossier des 5 détenus politiques kabyles au tribunal de Sidi M’hamed (Alger)

2
En prison parce qu'ils ont Kabyles, portrait signé Nasser Yanat
En prison parce qu'ils ont Kabyles, portrait signé Nasser Yanat

KABYLIE (TAMURT) – Le dossier des cinq détenus politiques kabyles, en l’occurrence Hocine Azem (URK), Bouaziz Aït Chebib et Boussad Bacha (AKAL), Hamou Boumedine (RPK) et Belaïd Ammarkhodja, a été transféré au tribunal Sidi M’hamed, à Alger, a indiqué, ce lundi 02 août, Alili Yamina, membre du collectif des avocats de la défense. La même source n’a pas précisé les raisons de ce transfert.

Pour rappel, ces militants, arrêtés durant la deuxième quinzaine du mois de juin dernier, ont été présentés devant le procureur du tribunal de Draa El Mizan, le 27 juin. Leur dossier a été transmis au juge d’instruction du même tribunal, lequel les a placés sous mandat de dépôt. Le 12 juillet, la chambre d’accusation de la Cour de Tizi Wezzu avait confirmé la mise en détention provisoire de ces cinq militants, après l’appel introduit par les avocats de la défense. Ces militants sont poursuivis, entre autres, pour des accusations fallacieuses « d’atteinte à l’unité nationale et appartenance à une entreprise terroriste ».

Le 24 juillet dernier, le Maître Mokrane Aït Larbi, qui venait de rejoindre le collectif des avocats de la défense, a rendu publique une déclaration politique, attribuée aux cinq détenus, dans laquelle ils réaffirment « leur attachement à leurs convictions politiques », tout en condamnant « les déclarations d’officiels marocains », suite à la reconnaissance du royaume chérifien, par le biais de son représentant permanent à l’ONU, du droit au peuple kabyle à l’autodétermination. La déclaration attribuée à ces militants, faut-il le souligner, avait suscité plusieurs interrogations. Dans un autre chapitre, l’organisation politique AKAL (Alliance pour une Kabylie Libre) a annoncé, ce 02 août, avoir décidé de décharger Bouaziz Aït Chebib (coordinateur national) et Boussad Bacha (secrétaire général) de leurs responsabilités au sein de ce mouvement.

« Après 3 réunions du Secrétariat national et dans la diaspora et une réunion extraordinaire du Conseil national, il a été décidé, étant donné la situation et pour éviter toute pression politique et tout chantage, de décharger Bouaziz Ait Chebib et Boussad Becha de leurs responsabilités respectives au sein du mouvement », lit-on dans le communiqué rendu publique par AKAL.

Arezki Massi

2 COMMENTAIRES

  1. Aller vous au moins donner le nom de ce juge? toute la presse parle de juge mais aucu nom !
    Il est temps de faire pression sur cette justice du telephone. Qui controle ce juge ?

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici