Cour d’Alger : Mandat de dépôt confirmé contre le militant kabyle Djamel Ikni

0
Djamel Ikni, Aokas 2013
Djamel Ikni, Aokas 2013

ALGER (TAMURT) – Le militant kabyle Djamel Ikni reste en prison. La chambre d’accusation près la Cour d’Alger a rejeté, hier 15 septembre, l’appel introduit par les avocats de la défense pour sa libération. Le mandat de dépôt prononcé le 02 septembre dernier contre ce militant pacifiste a été confirmé.

Décidément, la mise sous mandat de dépôt et son maintien contre les militants kabyles est érigé en règle par les magistrats de la justice algérienne. Hier encore, c’est Djamel Ikni, un militant connu pour son pacifisme et son implication dans les actions humanitaires au niveau local, qui fait les frais de cette justice aux ordres de la junte militaire au pouvoir en Algérie. En effet, la chambre d’accusation de la Cour d’Alger a confirmé sa mise sous mandat de dépôt à la prison de Koléa, alors que ses avocats et sa famille espéraient sa libération, car rien ne justifie son maintien en prison. Pour rappel, ce militant, natif d’Aokas, a été interpellé par les agents de la Brigade de recherche et d’investigation (BRI), près de chez lui, à la cité « Les Palmiers », le 30 août dernier. Il a été transféré pour être jugé au tribunal de Sidi M’hamed (Alger), après une garde à vue de deux jours au commissariat central de Vgayet.

Juste avant son arrestation, Djamel Ikni s’apprêtait à prendre part à un rassemblement projeté à la placette Katia-Benganaa, au centre-ville d’Aokas, pour exiger la libération de la coprésidente du Congrès Mondiale Amazigh (CMA) et de tous les détenus d’opinion. « Djamel est parmi l’une des flammes vivantes d’espoir, pacifique, qui ne lésine sur aucun moyen pour soutenir et apporter sa solidarité agissante envers tous les détenus d’opinion et des opprimés. Un homme qui défend et lutte pour les causes justes », a écrit l’association « Tafat n Weqqas » (Lumière d’Aokas) dans une déclaration rendue publique récemment, où elle a appelé à une vaste mobilisation citoyenne pour exiger la libération de Djamel Ikni et de tous les détenus d’opinion, qui croupissent injustement dans les geôles algériennes.

Arezki Massi

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici