Kabylie — La LADDH de Béjaïa dénonce…

3
Zoubida Assoul
Zoubida Assoul

KABYLIE (TAMURT) – La Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme de Béjaïa a dénoncé ce qui s’est produit avant-hier dans la région, à savoir l’interpellation de l’avocate Zoubida Assoul (dont le modèle, selon sa déclaration en 2015, est Houari Boumediène, NDLR), venue d’Alger pour animer une conférence.

Pour la LADDH de Béjaïa, ce qui vient de se produire à dans la région est d’une extrême gravité. D’abord, Me Zoudida Assoul a été empêchée de rejoindre Béjaïa pour la conférence. Arrêtée une première fois à Takreitz puis relâchée, elle fût interceptée une seconde fois à l’entrée de Sidi Aich. « Pendant ce temps, à Béjaïa, au siège de la LADDH des éléments des services de sécurité se pointent, nous demandent de présenter une autorisation pour une activité interne à la ligue. Nous avons alors exigé une notification écrite d’interdiction pour annuler cette activité. Devant ce chantage, la LADDH de Béjaïa a tenu à condamner ses agissements qui consistent à interdire et à étouffer toute expression démocratique », ajoute-t-on.

La LADDH de Béjaïa a précisé que les acquis d’octobre 1988 dûment arrachés par la lutte et le sacrifice ne sauraient être remis en cause : « La conférence s’est tenue dans la résistance devant une assistance venue pour l’événement ». Et, des arrestations d’activistes ont eu lieu la matinée devant la maison de la culture suite à un appel à une marche pour commémorer les événements d’octobre 88, a indiqué la même organisation.

La LADDH a appelé au respect des manifestations publiques pourtant garanties dans la constitution et les textes ratifiés par l’Algérie et exige la libération immédiate des personnes arrêtées et des détenus d’opinion.

Juba Gacemi

3 COMMENTAIRES

  1. Le pouvoir mafieux dit merde au peuple d’algerie et en particulier pour la kabylie et il le dit aussi pour les pays internationnaux.ce qui veut dire qu’ils sont les proprietaire de l’lalgerie donc il ne vous rest qu’a prendre les armes et recuperer le pays.

  2. Le mode de gouvernance de l’algérie est bipolaire, avec d’un côté un président blablateur dont les pouvoirs sont comparables à un petit pois, et de l’autre côté une hiérarchie militaire très opaque qui concentre tous les pouvoirs, tous les privilèges et surtout qui contrôle la rente des hydrocarbures, et dont les pouvoirs sont comparables à un boulet de canon. Le pauvre Tebboune ne pourra jamais faire l’algérie nouvelle qu’il a promis à ses compatriotes, et il ne pourra même pas non-plus récupérer les milliards de dollars détournés par cette mafia. Les arrestations arbitraires d’innocents kabyles sont pour faire diversion. Le régime de bananes a trouvé là le bouc émissaire idéal.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici