Mohia ressuscité par Nasserdine Ait Ouali

3
Mohia
Mohia

KABYLIE (TAMURT) – Le dramaturge Abdellah Mohia, connu également sous son nom d’artiste Mohand Ouyahia, continue d’inspirer les écrivains, les universitaires et les chercheurs qui ne cessent d’étudier son œuvre.

Cette fois-ci, c’est l’universitaire et chercheur, Nasserdine Ait Ouali, qui vient de publier un livre sur Mohia aux éditions « L’odyssée ». Nasserdine Ait Ouali est docteur en littérature française de l’université de Paris 8. Il est l’auteur de nombreux livres dont « L’écriture romanesque kabyle d’expression berbère » et « Coluche, politique et comique ». Le nouveau livre qu’il publie est intitulé : « Le théâtre de Mohia, adaptation et créativité ». L’auteur explique que les adaptations théâtrales de Mohia entrent dans une logique de kabylisation des pièces adaptées. « Pour mettre en œuvre sa stratégie, Mohia réalise des processus dans un nouveau véhicule linguistique et adapte les thématiques et les références culturelles », précise Nasserdine Ait Ouali en ajoutant que Mohia crée des personnages qui évoluent dans des espaces où a court le kabyle avec tous ses codes et sa rhétorique : Mohia prend soin aussi de procéder à la remotivation onomastique pour que ce nouveau monde soit plus cohérent.

Nasserdine Ait Ouali souligne que, grâce au travail de Abdellah Mohia, qualifié de monumental mais aussi grâce à son génie, ce dernier s’est forgé un style qui s’est imposé dans le monde culturel kabyle où on parle du théâtre de Mohia allant jusqu’à oublier que ce sont des adaptations. C’est le deuxième livre à être consacré à Mohia après celui de Abderrahmane Lounès, intitulé « Mohia le plus célèbre des inconnus ».

Juba Gacemi

3 COMMENTAIRES

  1. Bravo Mr Amokrane pour votre analyse très perspicace inhérente à la contribution du défunt regretté dramaturge Abdellah Mohia à l’essor de l’inadaptation théâtrale en langage kabyle !

  2. .
    Mohya : fort et simple, humble, probe….
    .
    Les gens forts, comme Mohya, n’ont pas besoin de fierté, de manières, de gesticulations, de ni ni ni. Ils sont forts et simples, zen, tranquilles, abordables. La fierté est ‘ corrélée ‘ à la faiblesse, au manque de confiance en soi…
    .
    Mohya était un brillant étudiant en mathématiques, un poète hors pair, un dramaturge distingué, et quelqu’un de très simple, contrairement à nos brobros, à tous ces faux et pseudos, à ces profiteurs, à ces fiers et faibles …
    .
    On se lasse pas de l’écouter !
    .
    C’est un grand qui se faisait tout petit !

    Perpétuons sa mémoire, diffusons son oeuvre !
    !

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici