Tribunal de Sidi M’hamed : Khellaf Ait Chebib placé sous mandat de dépôt

1

ALGER (TAMURT) – Présenté, ce dimanche 14 novembre, devant le tribunal de Sidi M’hamed, à Alger, le jeune Khellaf Aït Chebib, a été placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction. Il est incarcéré à la prison de Koléa dans l’attende de son jugement. Ce jeune kabyle est un cousin du militant politique Bouaziz Aït Chebib.

La vague des arrestations visant les militants kabyles, déclenchée par la junte militaire algérienne depuis plusieurs mois, se poursuit et cible les proches des leaders politiques kabyles. C’est ainsi que Khellaf Ait Chebib, un jeune cousin du détenu Bouaziz Ait Chebib, a été interpellé le 2 novembre dernier dans un café à Oran, dans l’Ouest algérien. Il a été transféré, ce dimanche 14 novembre à Alger, où il a été présenté devant le tribunal de Sidi M’hamed. Le juge d’instruction de ce même tribunal a ordonné son placement sous mandat de dépôt. Le jeune Khellaf est détenu à la prison de Koléa, où il a rejoint des dizaines d’autres militants kabyles injustement arrêtés et incarcérés.

Dans un communiqué publié, le 11 novembre dernier, le mouvement AKAL avait dénoncé cette arrestation « anti-kabyle », visant un proche de l’un de ses cadres. « C’est avec tristesse que AKAL apprend l’arrestation de Khelaf Ait Chebib, cousin de Bouaziz, survenu le 2 novembre dans l’Ouest algérien. AKAL constate avec consternation que même les membres de familles des cadres du mouvement sont pourchassés et ciblés par la vague d’arrestation anti-kabyle. Cela démontre, preuve s’il en est, que le régime d’Alger a décidé d’en finir avec la contestation politique notamment en Kabylie », s’est-indigné AKAL.

Par ailleurs, l’on ignore pour le moment les motifs de l’arrestation du jeune Khellaf et des faits qui lui sont reprochés. Pour rappel, deux cadres du mouvement AKAL, en l’occurrence Bouaziz Ait Chebib et Boussaad Becha, ont été arbitrairement arrêtés en juin 2021 et placés sous mandat d dépôt à la prison d’El Harrach.

Arezki Massi

1 COMMENTAIRE

  1. «On ignore les motifs de cette arrestation»
    Mais vous n’avez pas encore compris que le motif est un délit de faciès. On l’arrête parce que kabyle, circonstance aggravante s’il est parent d’un militant connu.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici