Tribunal d’Amizour: Le parquet requiert 5 ans de prison ferme contre Mira Moknache!

2
Mira Moknache (ph. © BRTV)
Mira Moknache (ph. © BRTV)

AMIZOUR (TAMURT) – Le procureur de la République près le tribunal d’Amizour, dans la province de Vgayet, a requis, ce mardi 16 novembre, 5 ans de prison ferme et une amende de 50 000 DA à l’encontre de la militante kabyle Mira Moknache. Le verdict sera rendu le 23 novembre.

Initialement prévu le 26 octobre, le procès de la militante kabyle, Mira Moknache, s’est déroulé, ce mardi 16 novembre, au tribunal d’Amizour. Elle est poursuivie pour le chef d’inculpation « d’atteinte à l’unité nationale » dans des affaires liées à ses activités et son militantisme politiques. Au terme de son réquisitoire, le parquet a requis une peine de 5 ans de prison ferme assortie d’une amende de 50 000 DA. Pour leur part, les cinq avocats de la défense se sont illustrés par des plaidoiries remarquables, basées sur la défense des libertés fondamentales, garanties même par la Constitution algérienne et toutes les conventions internationales ratifiées par l’Algérie. Le délibéré sera rendu le 23 novembre prochain.

Dans un message posté sur sa page Facebook, Mira Moknache, enseignante au département des Sciences Economiques de l’université Abderrahmane Mira de Vgayet, a rendu un vibrant hommage aux avocats qui se sont constitués en collectif pour assurer sa défense. Il s’agit des maîtres Djamel Benyoub, Allaoua Benabdeslam, Brahim Hammour, Zaidi Farouk, Sofiane Ouali et Aissou Mustapha. « Autour de moi, un collectif d’avocats a développé une plaidoirie historique, celle de la défense du droit de lutte pour les libertés démocratiques, en se dotant des articles du droit algérien. Des interventions qui ravivent l’esprit même de la révolution, celui du congrès de la Soummam. Je ressentis la chair de poule et mes cheveux se hisser dans ces plaidoiries intensément profondes. J’ai ressenti tout le poids d’un militant politique à travers son rôle, ses devoirs et ses responsabilités », a-t-elle écrit.

Originaire de la région d’El Kseur (25 km au sud de la ville de Vgayet) et issue d’une famille de révolutionnaires, Mira Moknache n’a pas renié son militantisme politique et dit avoir eu durant son procès une pensée forte envers tous les militants injustement incarcérés. « Aujourd’hui, c’est en tant que militante politique que j’étais devant l’institution judiciaire. Debout, je pensais à tous les martyrs et militants des libertés démocratiques, ceux qui ont cru à la lutte. Je pensais également aux militants derrière les barreaux, ceux qui croient à la lutte. Une légitimité profonde m’envahit et me donne la force de dire (…)», a-t-elle avoué. La militante kabyle a aussi tenu à remercier vivement tous ceux qui se sont solidarisés avec elle. « A côté de moi, des dizaines de militants venus se solidariser, des centaines et des centaines de personnes m’ont contacté pour me soutenir moralement, des militants m’ont conforté dans le droit à la lutte et celle de la dignité. Merci à tous, merci de croire en moi. Aujourd’hui, je suis responsable même devant toute cette solidarité et cette considération à laquelle je dois rendre honneur !», a-t-elle confié.

Arezki Massi

2 COMMENTAIRES

  1. On ne peut que souhaiter du courage à cette valeureuse défenderesse des libertés et ses compagnons de détention. La majorité des Kabyles pensent comme elle et ont des velléités de résistance , mais combien se lèvent pour réclamer un état de droit; une goutte d’eau de bravoure dans un océan de lâcheté !

  2. Et avec toute cette injustice ambiante certains kabyles sans scrupule ni dignité veulent aller voter pour avoir des maires bidons qui n’auront aucun pouvoir pour changer la situation misérable des citoyens et du pays.
    C’est juste donner une crédibilité à un pouvoir illégitime.
    L’Algérie est à la croisée des chemins soit on va vers un changement radical dans le sens démocratique pour une meilleure gouvernance mais avec du sacrifice ou vers une dictature absolue ou la soumission sera de mise vis à vis d’une mafia politico militaro-financière.
    Ceci dépend du choix de chacun de nous.
    Soit on est des dignes héritiers de nos ancêtres combattants morts pour nous soit on est que des simples tubes digestifs indignes et pathétiques.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici