Liberté religieuse : L’USCIRF recommande à Washington d’ajouter l’Algérie sur sa liste de surveillance spéciale

2
Le Président des Etats-Unis, Joe Biden
Le Président des Etats-Unis, Joe Biden

TAMAZGHA (TAMURT) – L’Algérie est de nouveau épinglée pour non-respect des libertés religieuses. En effet, dans son rapport de 2021, la Commission des États-Unis sur la liberté religieuse dans le monde, appelée communément USCIRF (US Commission on International Religious Freedom), a recommandé au Gouvernement américain d’inscrire l’Algérie sur la liste de surveillance spéciale du Département d’État américain « pour avoir commis ou toléré de graves violations de la liberté religieuse ».

L’USCIRF, une commission indépendante bipartite du gouvernement américain, qui observe les libertés de religion et de croyance dans le monde, a exhorté dans son rapport 2021, publié récemment, le Département d’État américain à inclure l’Algérie sur sa liste de surveillance spéciale. Pour cause, cette commission a constaté « de graves violations de la liberté de religion » commises ou tolérées par les autorités algériennes. L’USCIRF a regretté dans son rapport une montée de l’hostilité du gouvernement algérien contre les minorités religieuses. Cette commission cite, à titre d’exemple, la fermeture en usant de la force de plusieurs églises protestantes. La majorité de ces lieux de culte chrétiens fermés se trouve en Kabylie.

En effet, une douzaine d’églises a été scellée à Tizi Wezzu et Vgayet ces deux dernières années, laissant des centaines de kabyles de confession chrétienne sans lieu de rassemblement. Le rapport annuel de l’USCIRF souligne que « l’Algérie limite la liberté d’expression et la pratique des croyances par l’application de lois qui favorisent spécifiquement l’Islam et restreignent les activités religieuses ». Abondant dans le même sens, ce rapport mentionne que « l’article 144, section 2 du Code pénal (algérien) sanctionne le blasphème par des peines d’emprisonnement allant jusqu’à cinq ans et des amendes pouvant atteindre 100 000 dinars algériens (753 $) ». L’USCIRF a rappelé que dans son rapport publié en 2020 et portant sur l’application des lois sur le blasphème entre 2014 et 2018 « les autorités algériennes avaient déclaré des convertis coupables de blasphème.

Ce rapport a également mis en évidence des cas de violence perpétrés par l’État contre des personnes accusées de blasphème ». Cette commission cite comme exemple le cas du chrétien kabyle Slimane Bouhafs, qui « a subi des attaques au sein de l’établissement pénitencier pour avoir défendu sa foi chrétienne. » Les chrétiens ne sont pas la seule minorité religieuse persécutée par le régime algérien. Le rapport de l’USCIRF fait également état d’une discrimination exercée par le gouvernement algérien à l’encontre des communautés minoritaires qui ne se conforment pas à l’islam sunnite dominant, comme les musulmans chiites et les ahmadis. « En 2016, les autorités algériennes ont refusé d’enregistrer la communauté musulmane ahmadie en tant qu’association, et depuis lors, le gouvernement a poursuivi plus de 280 ahmadis en raison de leurs croyances religieuses. Plusieurs responsables du gouvernement ont fait des déclarations publiques dénonçant les ahmadis en termes injurieux et les déclarant ‘’non-musulmans’’ », a déploré l’USCIRF dans son rapport.

Par ailleurs, cette organisation a recommandé dans son rapport au Congrès américain de « tenir des audiences publiques pour encourager l’Algérie à revenir sur les décisions qui ont conduit à des violations de la liberté religieuse et à réformer les procédures relatives aux minorités religieuses ».

Arezki Massi

2 COMMENTAIRES

  1. Titeuf Avec des intolérants comme toi , l’Algérie va rester dans l’obscurantisme intellectuel pour des siècles et des siècles. Ton idéologie anti démocratique pas le monopole du pays , la preuve 1% de voix aux dernières élections.Heureusement que tous les Algériens ne sont pas comme toi. Mais pourquoi dis tu que tu es Kabyle comme s’il te restait une miette d’honneur amazigh (homme libre de choisir sa religion ou sa langue notamment) tu es un araboislamiste Algérien , point barre !

  2. Ils ont qu a dégagés de l Algérie allés voir ailleurs ces convertirent pour les papiers ont en veut pas qu ils dégagent de la kabylie terre musulmans par exemple chez le pape a Rome leur roi
    De la part d un algérien kabyle ont les voient ces baissent culotte prier dans les églises à Paris traitentes.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici