31 milliards dépensés à Rio : Scandale au département d’Ould Ali

2

ALGERIE (Tamurt) – Le jour même où un scandale, et non des moindres, a éclaté au cœur du Ministère de la Jeunesse et des Sports, son locataire, El Hadi Ould Ali, n’a pas trouvé mieux que d’effectuer une balade dans la ville côtière de Tigzirt, aux frais de l’Etat bien sûr, alors qu’aucun projet de ce secteur n’a été enregistré depuis belle lurette à Tigzirt.

El Hadi Ould Ali, dont « les compétences et l’intégrité » ne sont un secret pour personne, surtout pour ceux qui le connaissent personnellement, était à Tizi-Ouzou durant toute la journée de lundi dernier au moment où tous les médias étalaient le scandale inhérent aux Jeux olympiques de Rio. Il s’agit en effet de plusieurs scandales en un. A commencer par les révélations du seul athlète algérien médaillé de cette édition, Tewfik Makhloufi. Ce dernier a en effet accusé publiquement les responsables du secteur du sport en Algérie s’avoir dilapidé l’argent destiné initialement aux sportifs qui ont pris part aux Jeux olympiques de Rio. Comme on peut le deviner, les affirmations de Tewfik Makhloufi ont provoqué un véritable tollé.

Il y a aussi l’information grave inhérente au fait que, rien que durant la période des jeux olympiques, l’Algérie a dépensé pas moins de trente et un milliards de centimes (alors qu’on parle d’austérité au petit peuple) pour revenir à la scandaleuse et honteuse soixante-deuxième place avec seulement deux médailles d’argent, arrachées du reste par le même athlète. Last but not least, Le troisième volet de scandale, c’est le fait que les cadres du Ministère de la Jeunesse et du comité olympique qui se sont déplacés à Rio ne se sont pas privés d’être accompagnés par plusieurs membres de leurs familles (épouses, fils et filles) et ce, aux frais de la princesse puisque tout le monde a été enregistré comme étant des membres de la délégation algérienne.

Des images audio-visuelles, montrant les membres de la délégation algérienne à Rio, en compagnie des membres de leurs familles au moment de leur embarquement vers le Brésil, ont été diffusées par plusieurs médias algériens. Si Makhloufi n’avait pas eu le courage de jeter ce pavé dans la marre et si certains médias algériens n’avait pas eu l’audace de diffuser ces images, les frasques de Ould Ali El Hadi au Ministère de la Jeunesse et des Sports, seraient passées inaperçues comme ce fût le cas de ses dépassements infinis lorsqu’il était directeur de la culture de la wilaya de Tizi-Ouzou.

Tahar Khellaf pour Tamurt