380 000 da pour restaurer la stèle de 11 martyrs du FFS érigée à M’douha

3

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Dans quelques jours seulement, plus exactement le 29 de ce mois, le Front des Forces Socialistes (FFS) fêtera la 52ème année de sa création. Ce sera aussi à cette occasion que les cadres et militants ainsi que les nombreux sympathisants du parti d’Aït-Ahmed procéderont à l’inauguration, après des travaux de restauration, de la stèle érigée au cimetière de M’douha à la mémoire des 11 martyrs du FFS, après les trouvailles de leurs ossements dans une fosse commune.

A titre de rappel, après des indications exactes fournies sur la fosse commune en question en ce milieu de la décennie 1990, la section FFS de Tizi-Ouzou a décidé de faire ériger, aux seuls frais de ses militants et sympathisants, une stèle à la mémoire de ces 11 martyrs, tous tombés au champ d’honneur lors de l’accrochage ayant opposé les forces combattantes du FFS à celles de l’ANP (armée algérienne) qui étaient appuyés par de nombreux groupes miliciens  à Taguemount-Oukirrouche (At-Douala) en ce début du mois d’avril de l’année 1964.

Pour que le déblocage de cette enveloppe financière de l’ordre de 380. 000 DA fut possible, c’est-à-dire accepté par la direction des affaires locales (DAL), l’APW n’a pas spécialement précisé  la nature de la dépense. Dans le chapitre consacré à ce montant, l’écriture a seulement mentionné le mot « stèle ». Et il va sans dire que les élus de l’APW, toutes couleurs politiques confondues, ont voté cette dépense. Celle-ci a été destinée à l’APC de Tizi-Ouzou puisque c’est cette instance dirigeante qui a joui de la compétence d’effectuer les travaux de restauration de la stèle en question. Il va sans dire aussi que les 33 élus de l’APC de Tizi-Ouzou, lesquels sont issus du RCD, FFS, FLN, RND et d’une liste d’indépendants, ont voté à l’unanimité le chapitre consacré à cette dépense.

En vérité, même les représentants de la DAL (direction des affaires locales) de Tizi-Ouzou, en tant que citoyens, ont moralement et intellectuellement,  pleinement adhéré à cette initiative de restauration de la stèle érigée à la mémoire des 11 martyrs du FFS avec l’argent de l’Etat. Sauf qu’étant le cadre juridique n’offre pas encore ce genre de décisions puisque le politique ne l’a pas autorisé jusqu’à ce jour, il fallait dès lors contourner, avec intelligence, bien entendu, la loi.

Concernant cet accrochage de Taguemount-Oukirrouche qui a duré trois longs jours et trois longues nuits en ce début du mois d’avril 1964, accrochage où ces 11 combattants du FFS, tous issus, devons-nous rappeler, de l’ALN – FLN, sont tombés au champ d’honneur les armes à la main, un homme, répondant aux initiales S.A.A, et qui a participé à cette bataille sanglante sous la bannière du FFS dira à Tamurt : « Du côté du FFS, nous étions 57 combattants et les éléments composants les forces d’en face (armée algérienne) étaient encore beaucoup plus nombreux. Les combats à l’armement automatique ont commencé dans la matinée du ce début du mois d’avril 1964 et ne sont terminés que trois jours plus tard. Pendant, trois jours et trois nuits, pas le moindre répit pour tous ceux qui étaient mobilisés à cette rencontre sanglante ». Notre interlocuteur citera certains noms de ses camarades de combat, notamment ceux qui ont laissé leur vie lors de cette bataille particulièrement sanglante.

Nous apprendrons également qu’après la fin de ces combats, les corps de ces 11 martyrs du FFS seront ramassés par les gendarmes. Ils les achemineront au cimetière de M’douha. Les corps sans vie seront entassés dans une fosse commune et sans la moindre prière ni le moindre respect à la sépulture. Pendant plus de deux décennies, la fosse commune fut oubliée. Les militants du FFS, y compris ceux qui avaient pris part à cet accrochage sanglant, ne savaient pas exactement ce qui étaient advenus des corps de leurs camarades de combat ni le lieu où ils ont été enterrés. C’est suite à un minutieux travail de recherche mené dans ce sens qu’un homme se présenta chez les militants du FFS pour les informer qu’il connaissait l’endroit où des corps des martyrs du FFS ont été jetés dans des fosses communes. C’est suite à cette information qu’une stèle à la mémoire de ces 11 martyrs fut érigée. Et à l’endroit même où en ce mois d’avril 1964, leurs corps furent ensevelis puis abandonnés.

Addenda : Le martyrologe de cette stèle indique les noms que voici : feus Saïd Ouaked, Méziane Gadi, Mohamed Hachemi, Amar Mezdad, Amar kaced, Ali Tahri, Rachid Belkacemi, Saïd Bessad, Saâdi Aouadhi, Brahim Aouadhi et Abderahmane Tiak.

M’douha, Said Tissegouine,