40 jours après son assassinat – A quand la vérité sur l’assassinat de Mebrek Amirouche?

2

Depuis aucune nouvelle. La gendarmerie n’a arrêté personne. 40 jours ont passé depuis ce crime crapuleux. Amirouche Mebrek a été enlevé par un groupe armé dans sa région d’Ath Zmenzer. Une rançon de 300 millions de dinars a été exigée, avant que les ravisseurs l’exécutent froidement après une semaine de séquestration.

L’enquête est au point mort. Les gendarmes ont abandonné les investigations. Ils n’ont même pas cherché à libérer la victime. La famille de la victime est laissée pour compte. Elle ne saura peut-être jamais la vérité. On dirait d’ailleurs que les criminels sont protégés par la gendarmerie et les autres corps dits de sécurité en Kabylie. La sécurité des citoyens est le dernier des soucis des services de sécurité. Pis encore, la gendarmerie est la première source d’insécurité en Kabylie.

Le week-end passé un citoyen a été tué soit-disant «accidentellement» dans un barrage de gendarmerie à Iwadhiyen ! Deux autres ont été blessés lors de cette énième bavure des gendarmes. L’insécurité en Kabylie émane du régime.
Alors que la population est livrée à elle-même, les services de sécurité passent leur temps à épier le moindre mouvement des militants de l’opposition, notamment ceux du MAK.

Une forte délégation des Membres des Villages des At Zmenzer s’est rendue dans la Commune d’Agouni Gueghrane pour se recueillir à la mémoire du jeune des At Zmenzer, Mebrek Amirouche.

Les membres des villages ont été accueillis par les membres de la Cellule de Crise sur Akil Belaid du Village d’Agouni Gueghrane, qui fait office de la Présidence tournante de la Coordination Inter-Villages de la Commune d’Agouni Gueghrane.

Il est à signaler que les représentants des deux communautés ont déposé une gerbe de fleurs sur les « lieux du crime » en présence des citoyens.

R. Moussaoui

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici