5 juillet, une indépendance de façade

0
Boutef et consorts
Boutef et consorts

ALGÉRIE (Tamurt) – Demain, c’est le 5 juillet, la fête de l’indépendance de l’Algérie. On doit plutôt considérer cette date comme celle de la décolonisation officielle car l’indépendance est loin d’être acquise.  Non  seulement, la France a toujours son mot à dire dans la gestion des affaires algériennes.

Elle le fait par le biais de ses relais en Algérie dont l’u n des plus performants est le président de la république. La preuve est qu’il gère le pays  de la même manière qu’on gère son propre foyer sans qu’aucune  nation ne crie à la dictature.  Depuis l’avènement de Bouteflika, les portefeuilles importants reviennent, presque, de droit aux gens de l’Ouest, sa région.  Actuellement, 6 ministres sont natifs de Nedroma (Tlemcen), 17 généraux, 12 walis et 26 ambassadeurs sont également de la même ville. Qui dit mieux ?

Les Amirouche, Si El Houes, Abane et consorts sont morts pour que l’Algérie soit dirigée par les gens d’une  région qui ne s’est jamais opposée à la présence française en Algérie. C’est la raison pour laquelle, la Kabylie a toujours revendiqué son indépendance.

Amaynut