50 000 personnes pour revendiquer tamazight au Maroc : Plus 300 Amazighs arrêtés au Maroc

4

MAROC (Tamurt) – Cette grande manifestation qui a drainé des dizaines de milliers de personnes lors des deux marches précédentes, a été reprimé, hier, par les agents de police présents massivement sur les lieux des manifestations.

Imazighen au Maroc ne veulent plus croire aux promesses. Ils veulent vivre en harmonie avec leur identité et sans aucune autre condition. Il sont sortis pour revendiquer :

La reconnaissance Tamazight et non de l’islam, comme identité du peuple marocain, dans la constitution marocaine.

La libération immédiate et sans condition des détenus

La solidarité avec l’Azawad.

Présnt en grand nombre, les policiers ont dissipé sauvagement les manifestants à Inezgane, à proximité d’Agadir. Les participants ont été arrêtés, battus et torturés par les agents de police.

Les policiers les ont fouillés à la recherche du drapeau aux quatre couleurs. La fouille a été suivie d’une interpellation musclée avec au menu des agressions physiques et verbales.

A Agadir, le nombre des arrêtés a dépassé 200 personnes. Elles furent toutes malmenées et trainées par les policiers au commissariat. Ceux-ci les insultèrent, les frappèrent et leur crachèrent dessus.

Parmis les slogans des manifestants, on pouvait entendre :

“Naniyi matta kiyi” ? Ils m’ont demandé qui suis-je ?

“Nihassn damazigh”. Je suis amazigh, ai-je répondu.

“Naniyi mnchk atsswit ?” Ils m’ont demandé quel est mon prix ?

“Nihassn ora nnzah”. Je leur ai dit que je ne suis pas à vendre.

“Nella da aha yaha nella da nassi s oufous ayefass alteji nassi s oufouss azelmat tileli”.

“Nous sommes là aha waha, nous tenons une fleur dans la main droite et la liberté dans la main gauche”

“Asurif asurif, abrid issul ighziif”; Avancez, le chemin est encore long

Quant à la marche de Rabat, qui a connu la participation de plus de deux milles manifestants, la mobilisation fut satisfaisante. Sauf que les autorités ont interdit la marche à dépasser la gare de Rabat-ville.

La manifestation d’Alhuceima n’a pas échappé à la répression non plus. Les forces de polices ont entouré les manifestants et les ont bloqués à la place Mohammed VI au centre-ville de Hoceima.

Maymoucha Mak (Maroc)