51ème anniversaire de l’indépendance confisquée de l’Algérie : La ville de Tizi-Ouzou envahie par les services de sécurité

5

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Du jamais vu à la ville des Genêts. Des milliers de policiers ont envahi depuis mercredi soir cette ville, la plus importante en Kabylie. Elle est cernée de toutes parts par les policiers.

Les moindres coins et recoins sont occupés par des grappes d’hommes en bleu. Aucun endroit, carrefours, édifices institutionnels, jardins publics, arrêts aux stations de bus, placettes, maison de la culture et stade, n’est épargné. Personne ne sait pourquoi ils ont mobilisé tant d’éléments de services de sécurité en Kabylie. Même les agents de la garde républicains sont acheminés en convois depuis ce matin d’Alger.

Des centres de formations professionnelles, des établissements scolaires sont réquisitionnés pour leurs hébergements. Des écoles et des annexes de formations professionnelles sont devenues des casernes. Des policiers en tenues civiles sont omniprésents. Dans des cafés, dans des bars et autres lieux publics, des services de sécurité en civile reconnaissable facilement tiennent la garde et épient les moindres mouvements des citoyens. « Sravès sont partout aujourd’hui. On a beaucoup de clients inhabituels», nous déclara barman à Tizi-Ouzou ce matin.

Pourtant l’évènement ne revêt pas un cachet particulier. Il s’agit simplement de la fête d’indépendance comme les 50 qui ont précédé l’année 2013. On se demande pourquoi tant de mobilisation ? S’agit-il d’intimidations envers la Kabylie ? Ou bien ont-ils peur de quelques choses ? Nul ne le sait.

Toutefois, la population de la ville a boudé les festivités officielles de la mascarade de la maison de la culture de Tizi-Ouzou et de celle du Wali. C’est une première depuis les évènements de la Kabylie du printemps noir. Les habitants de Tizi-Ouzou ont préféré passer leur week-end dans les plages, loin des brouhahas du pouvoir et de ses relais.