55 % des jeunes filles algériennes estiment que le mari a le droit de frapper son épouse

12
violence sur les femmes

ALGERIE (Tamurt) – Selon le dernier rapport du Fonds des Nations Unies pour la population, 800 000 jeunes filles algériennes estiment qu’un mari a « le droit de frapper ou de battre » son épouse pour diverses causes. Quand le syndrome de Stockholm fait recette !

Sur le million et demi d’adolescentes, âgées de 15 à 19 ans, que compte l’Algérie, 55 % croient qu’il est justifié qu’un homme batte sa femme. Le syndrome de Stockholm semble s’emparer de la cervelle de ces jeunes filles qui pensent que leurs compagnons ont le droit de leur infliger des coups. Que peut-on attendre d’une société qui estime que le châtiment corporel est synonyme d’amour ?

Sans lire dans le marc de café, le carcan religieux est derrière ces pensées ataviques où le culte patriarcal est toujours d’actualité. En Algérie, la femme semble être condamnée à être l’éternelle mineure. Le hic est que bon nombre de femmes algériennes pensent mordicus qu’un homme doit frapper sa femme pour affirmer sa virilité, voire son hégémonie.

Amnay