57 postes d’enseignants de tamazight : Le silence complice du HCA

1
Benghebrit et Assad

ALGÉRIE (Tamurt) – Le Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA), qui consomme des milliards de centimes annuellement dans les grands hôtels et les billets d’avion, n’a émis aucune réaction de dénonciation ou réserve quant à l’information officielle faisant état de seulement 57 postes budgétaires d’enseignants de tamazight sur les 10 000, qui seront accordés dès la rentrée de septembre prochain.

On savait que cette institution est constituée essentiellement d’opportunistes notoires, n’ayant aucun rapport avec l’amazighité, ni de près ni de loin ni de très loin, mais de là à observer un tel silence complice devant une telle grande injustice, il y a vraiment de quoi s’interroger sur la mission réelle du HCA. En effet, depuis l’annonce faite concernant la part de tamazight à la rentrée prochaine, qui ne sera que de 0,56 % uniquement, les voix des personnes sincères ne cessent de s’élever contre cette injustice. Des enseignants de tamazight et des inspecteurs ne cessent de dénoncer cette ségrégation qui intervient pour contredire tous les discours triomphants ayant succédé à la soi-disant officialisation de la langue amazighe.

Curieusement, au lendemain de l’annonce du chiffre honteux de 57 postes budgétaires accordés à tamazight, voilà ce qu’a déclaré Assad Si El Hachimi, le secrétaire général du Haut Commissariat à l’Amazighité (dont la formation et le parcours professionnel n’ont absolument aucun rapport avec la langue et la culture amazighe), toute honte bue : «   Depuis l’arrivée de Mme Benghebrit (la ministre de l’éducation NDLR), il y a une nouvelle dynamique entre le HCA et le ministère de l’Éducation. Des avancées sont constatées que ce soit pour le nombre d’enseignants ou pour celui des apprenants. L’installation d’une commission mixte entre le HCA et le ministère de l’Éducation permettra d’élaborer un programme consensuel de généralisation graduelle de tamazight ». Sans commentaires !

Tahar Khellaf