Escalade de la violence dans le Mzab, le MAM dénonce

0
Escalade de la violence dans le Mzab
Escalade de la violence dans le Mzab

MZAB (Tamurt) – Après l’arrestation illégale et arbitraire du Dr. Kamaleddine FEKHAR, président  du mouvement pour l’Autonomie du Mzab, ainsi que de la quasi-totalité de la direction et des militants du mouvement, les autorités algériennes s’attaquent maintenant aux familles des cadres du MAM.

La situation ne cesse en effet de s’aggraver pour les citoyens mozabites. Le mardi 02 décembre, quelque 20 policiers algériens dirigés par un officier de haut rang ont encerclé la maison de la famille de Salah Abbouna, militants des droits de l’homme et cadre du MAM. Ce dernier ayant pu de justesse se trouver à ce moment en exil, les policiers algériens ont procédé à l’arrestation de son jeune frère Ismail Abbouna âgé de 19 ans. Par ailleurs, sa famille, encore choquée par ce terrorisme d’État, n’a toujours pas  de ses nouvelles depuis qu’il a été emmené au poste de police.

En parallèle à cette traque des militants du MAM et de leurs familles, les services de sécurité algériens  poursuivent les opérations de recherche, suivies d’arrestation de plusieurs jeunes mozabites qui étaient en situation de légitime défense durant les événements de Ghardaia ; des évènements marqués par l’encerclement des quartiers mozabites et la réduction des libertés des At Mzab alors que ces derniers faisaient face  à des agressions et à des attaques systématiques, orchestrées par des criminels, et ciblant uniquement les quartiers et les familles mozabites.

Le MAM dénonce encore une fois ces actions de type coloniales, menées par les divers services de l’État algérien dans le cadre de son plan diabolique visant à éliminer un peuple autochtone, connu et reconnu pour sa culture pacifique, et dénué de surcroit de tout moyen pour affronter  un régime répressif, raciste soutenu par les superpuissances internationales. Le MAM rappelle que cette situation peut sérieusement conduire à  une éradication pure et simple de tout un peuple.

Le Mouvement pour l’Autonomie du Mzab, dénonce et condamne la «chasse aux mozabites» qui ont osé se défendre contre les raids racistes et meurtriers qui ont ensanglanté le peuple mozabite, comme il dénonce le harcèlement policier  et les  pratiques racistes  des institutions algériennes contre les cadres et militants du mouvement mozabite  alors que ceux-ci luttent par des voies politiques et pacifiques.

Le MAM interpelle également l’ONU  afin d’exercer son autorité et ses prérogatives pour protéger  le peuple  Mozabite  qui est spolié de ses droits, assassiné et persécuté par un régime raciste. Il renouvelle son appel  aux organisations des droits humains et aux organisations Amazighes  pour faire pression sur les  autorités algériennes en vue de la libération inconditionnelle des détenus politiques des At Mzab  et l’arrêt de la répression sur un peuple pacifique.

Le 02 décembre 2015,

Khodir Sekouti, porte-parole du MAM à l’étranger