Kidnappings en Kabylie

0

ANAVAḌ AQVAYLI UΣḌIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA

[taq]Tiselwit

Aɣebbi deffir wayeḍ di Tmurt n Yeqvayliyen

Zzux yeḍlan adavu azzayri i usersi n talwit d usukkes n temnaḍt n Ssaḥel seg temɣilin n AQMI d taylewt kan yeččuṛ waḍu. Timlilit-nni i yessuddes yakk d yixfawen n yiserdasen n tmura n Mali, Nijer yakk Tmuṛiṭant teḍḥa-d d taseddarit i yirevraven at ičumar di lawan ideg iswi d aɣḍal-nnsen. S usevɛed n wid i iwata a d-awin tifrat di tqacuct-a n tɣellist, ladɣa tiǧiratin-is tisaḥlin (Burkina Faso, Tchad) tid n Tferka Ugafa (Tunes, Libya d Meṛṛuk) tigraɣlanin (Tiddukla n Urupa d Marikan), ivan am uzal amellal d akken i ten-iceɣven d ayen nniḍen. Ama lɣerḍ n Lezzayer d azdal s wudmawen aserti d userdasi ɣef temnaḍt-agi n umaḍal, ama d aɣebbaṛ kan s allen lewhi n tmura timeqqranin yeswaɛdayen ɣer-s s tikci n tayett i tvuciḍant n Ben Laden.

Amek alammi, Lezzayer ur nezmir ad tḍeṛṛeɛ Tamurt n Yeqvayliyen (40 000 km²) si rrevrav ineslem ad tizmir ad tẓeṛṛev tamnaḍt n Ssaḥel yugaren 200 n tikkal akal aqvayli ? Amek alammi, takemmict n 500 n yiserdasen i ivedden am lexyal n yiger ɣef tlisa n wadda n tmurt tezmer ad tḥudd kra asmi aḥeṛṛi aɛsekṛi s wazal n 100 000 d aterras, yeffren deffir n tfakult n umennuɣ mgal n rrevrav, yeǧǧa afrag n Tmurt n Yeqvayliyen yectaḥ almi tuqqel d akal n war laman, d annar i yibandiyen, n yiḥebbasen iserdasen n lekdev d yiɣebbiyen n yirgazen.

Aɣebbi n wemdan wis 60 deg wazal n 4 n yiseggasen yeḍṛa-d ass n lḥedd yezrin deg At Ɛissi d-yuzgan di Tmurt n Yeqvayliyen. Am wakken nuɣ tannumi, ayagi yeḍṛa-d ɣef uḥebbas aserdasi n lekdev.

D tanekkra n yimezdaɣ n Yiflisen, n Buɣni d Fṛiḥa i yessawḍen wid yettuɣebban ad uɣalen s imawlan-nnsen mebla ma fdan-ten s yidrimen asmi iɣallen n laman, iserdasen, iǧadaṛmiyen d yimsulta qqimen ttnezzihen.

Aselway n Unavaḍ aqvayli uɛḍil yeggar tiɣri i tnekkra n yimezdaɣ i userreḥ n weqvayli-agi yettuɣebban.

Yeggar tamawt ɣef lexṣaṣ n laman yakk d tḥeqqṛanit wuɣur idegger udavu Tamurt n Yeqvayliyen, ma drus, segmi yeqqim Butefliqa ɣef ukersi n leḥkem di 1999.

A d-yevder taluft-agi n war laman d wamek ara s-muggent tlisa deg Wegraw n yineɣlafen n wussan-a. Mačči d awezɣi ma yella-d usuter i teɣsar tigraɣlanin ad nbiwlent i uḥuddu n weɣref aqvayli yettidiren deg umihi.

Lpari, ass n 30 ctenber 2010

S yisem n Unavad, aselway-is

Ferḥat At Sɛid (Ferhat Mehenni s wudem n waddad aɣarim amhersan)
[fr]Présidence

Kidnappings en Kabylie

Les fanfaronnades du pouvoir algérien pour sécuriser le Sahel contre l’AQMI n’auront trompé personne. La réunion qu’il a organisée avec des états-majors militaires du Mali, du Niger et de la Mauritanie vise davantage à assurer l’impunité aux terroristes islamistes qu’à combattre ces derniers. En décidant d’exclure de ce sommet sécuritaire tous ceux qui pouvaient en assurer le succès, notamment les voisins Sahéliens (Burkina Faso, Tchad), nord-africains (Tunisie Lybie et Maroc) et internationaux (Union Européenne et USA), il est évident que le but recherché est à ailleurs. Soit dans une chimérique quête d’hégémonie politico-militaire de l’Algérie sur cette partie du monde, soit dans une sorte de poudre aux yeux en direction des grandes puissances qui soupçonnent Alger de soutien à la nébuleuse de Ben Laden.

En effet, comment l’Algérie qui n’arrive pas à sécuriser la Kabylie (40 000 km²) contre le terrorisme islamiste peut-elle venir à bout d’un Sahel 200 fois plus vaste que la terre kabyle ? En quoi, le déploiement d’à peine 500 hommes sur les frontières Sud du pays peut-il être efficace contre ce danger quand l’occupation militaire algérienne de la Kabylie, où sont déployés 100 000 hommes, sous prétexte de lutte anti-terroriste, livre les Kabyles à l’insécurité, au banditisme, aux faux-barrages militaires et aux kidnappings des hommes un tant soit peu nantis ?

L’enlèvement du 60e homme en moins de quatre ans vient d’avoir lieu dimanche dernier à At Aïssi, en Kabylie. Comme à l’accoutumée, c’est à un faux-barrage militaire que ce commerçant vient d’être enlevé.

Aux Iflissen, à Boghni, Fréha, c’est la mobilisation citoyenne qui a fini par porter ses fruits en faisant libérer, sans rançon, les victimes de rapts alors que les services de sécurité, militaires, gendarmes ou police, n’ont jamais bougé le petit doigt pour venir en aide aux otages.

Le Président du Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK) (Gouvernement Provisoire Kabyle) appelle à une nouvelle mobilisation citoyenne pour libérer ce Kabyle kidnappé.

Il prend acte de l’insécurité et de la répression auxquelles le pouvoir algérien livre la Kabylie depuis, au moins, l’arrivée de Bouteflika au pouvoir (1999).

Il annonce qu’il va soumettre à son imminent Conseil des Ministres cet état d’insécurité et les mesures à envisager pour l’endiguer. Un recours auprès des instances internationales, pour une éventuelle assistance à peuple en danger, n’est pas à écarter.

Paris, le 30 septembre 2010

Pour l’G.P.K., son président

Ferḥat At Sɛid (Ferhat Mehenni selon l’état-civil colonial)