La rentrée scolaire : Rien ne va plus du côté de Bougie

0

ANAVAḌ AQVAYLI UΣḌIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA

[taq]Anekcum aɣurviz : terwi di Bougie

Di Bougie, anṭeǧǧi yewweḍ igenni. Ssya d anegzum n waman ur nesɛi taggara, ssya d tiwuɣa n wevrid, ssya nniḍen d lexṣaṣ n laman d tɣellist ma d imezdaɣ wuɣur wwḍen wurfan s ajmam, ttbuṛkuten ama di Xerrata, di Bougie, di Sidi Ɛic… reffu yuɣ tama n umalu n temnaḍt.

D isundaden i ẓẓunẓan tuɣalin ɣer uɣervaz deg weswir amenzu. Ssebba n waya ? Ula d idlisen n llakul nqedwan ! Am ma d-tiniḍ deg wexxam ixuṣṣ wejgu alemmas ! Hat wamek i iɛewwel unavaḍ azzayri ad yeḥves tiɣɣendeft di Tmurt n Yiqvayliyen.

Akken kan yekfa yiveddi n yimsefraken n yiɣervazen zdat n tmehla n tannant, yeḍfeṛ-ed ucekti n yiselmaden n tussnawit Taous Amrouche di Sidi Ɛic ɣef yir asefrek, tagnitt n uxeddim, aɣervaz yettin d rrmim, d iɛegginen n teḍvelt mgal n yixfawen yesedduyen acekti.

Dinna, deg wemkan, aṭuṛṛec yeṭṭef tasga, yiwen ur yebri i ṭṭvel deg waman. Kra n yinagan nnan-d d akken wid yettmeslayen s yisem n yiselmaden sḥassfen s tulacin n Uwanak. Akkin i teswiɛt timterwit yakk d ugellel yeskuferran inelmaden, tagnitt-a tegla ula s yimawlan-nnsen i tezza yakan tmes n leɣla n waggur n Ṛemḍan d lɛid. Ajajiḥ n tmerniwt n sswami yuɣ ula d ifecka n uɣervaz, yerna s ddeqs.

Dɣa yelha ma d-tettɛennin akka Lezzayer s 150 n yimelyaṛen n yidulaṛen n tedrimt yellan di texriḍt-is di lawan ideg ur tezmir ad teḍmen la tiqit n waman, la isufar n ddwa, la asiweḍ wala laman i yimezdaɣ-is ? D ayen yelhan dɣa ma day yella tamnaḍt tawḥidt yettxelliṣen tavzert akken ilaq, ur tezmir ad teḍmen ifecka n tɣuri i tarwa-s ?

Neḥṣa, nefhem ! At tcekriḍin yeṭṭfen Lezzayer ur ḥebbsen ara asendeqqi n Tmurt n Yiqvayliyen. Akka ara ttkemmilen aseffed n Tmurt n Yiqvayliyen mebɣir ma stehzan deg usedrem n uɣervaz yellan d ul-is.

Ahilen n uɣervaz yuqqlen d wid n at yičumar isalafiyen, alammi ula d Ben Laden s timmad-is ad yasem, ggan taɣalaḍt i yiselmaden d-yewwin ad ssiwḍen iswi n tannant yakk d usileɣ n tsutwin n uzekka.

Di teswiɛt-a n tillexlext tamatutt, yaggra-d kan ad yettwagdel lkaɣeḍ d yimru ɣef tarwa n teqvaylit.

D taṛuẓi n yifadden i d-tewwi Lezzayer di nnican s tsertit n usedrem n tmetti-nneɣ i wakken ad tezdel fell-as m’ara tt-teṭṭef seg uɛebbuḍ.

Aneɣlaf n tutlayt taqvaylit, n tannant d usileɣ deg Unavaḍ aqvayli uɛḍil, yeggar tiɣri i Yiqvayliyen i wakken ur verrun i ṭṭvel deg waman, ur qemmcen ara tiṭ u ad zdin lqedd-nnsen, ad seddun tigawin-nnsen s umciweṛ yakk d yimasayen idiganen n Umussu n timanit i wakken ad medlen tiwwura ɣef s kra n win yevɣan ad yetti asenfar n timanit n temnaḍt-nneɣ.

Lhacene At Ziyan, Ziani s wudem n waddad aɣarim amhersan

Aneɣlaf n tutlayt taqvaylit, n uselmed, n unadi ussnan yakk d usileɣ
[fr]Ministère de la langue kabyle, de l’enseignement, de la recherche scientifique et de la formation

La rentrée scolaire : Rien ne va plus du côté de Bougie

Dans la vallée, le ras-le-bol frise le paroxysme. Des très longues coupures d’eau pour les ménages aux nombreux accidents de la route, en passant par toutes les formes d’insécurités, la population excédée, bouillonne sérieusement à Kheratta, Bougie, Sidi-Aich… Et le mécontentement gagne progressivement le flanc ouest.

La reprise s’amorce par des grèves à Bougie dans le cycle primaire. La raison ? Pas de manuels scolaires ! C’est dire qu’il manque l’essentiel : soldats sans cartouches ! Voilà comment le gouvernement algérien entend combattre l’ignorance en Kabylie.

Après le sit-in des intendants devant la direction de l’éducation, ce sont les enseignants du lycée Taos Amrouche à Sidi-Aich qui protestent contre la mauvaise gouvernance, les conditions de travail, la dégradation de l’établissement et les mises en demeure de l’administration en direction des meneurs de la contestation.

Sur place, tout le monde, fait état d’une forte mobilisation. Des témoins rapportent que les représentants des professeurs ont notamment déploré l’absence totale de l’état. Hormis le désordre et le retard que cette déliquescence cause aux élèves, elle écrase de toutes ses pesanteurs les parents déjà fortement affligés par les hausses récurrentes des prix des produits de base durant chaque Ramadan et La fête de l’aïd. La spéculation a atteint les fournitures scolaires dont les prix ont carrément doublé.

Est-t-il crédible le fait d’annoncer 150 milliards de dollars de réserve de change dans un pays qui n’arrive à avoir ni eau, ni médicaments, ni transports, ni sécurité pour ses citoyens ? Est-il acceptable que les enfants de la seule région qui paie correctement ses impôts ne puissent pas accéder aux fournitures scolaires ?

Nous avons compris ! Les barons d’Alger ne cesseront jamais de torpiller la Kabylie. Ils continueront de faire usage de toutes les armes sans jamais négliger la plus redoutable qu’est la déstructuration de l’école. Ils auront tout essayé.

Les programmes scolaires devenus salafistes à faire rougir d’envie un Ben Laden privent les enseignants de mener à bien leur mission d’éducation et de formation des générations futures.

Dans ce contexte de déliquescence générale, il ne reste plus qu’à interdire à l’enfant kabyle le crayon et le papier.

Cette politique de déstructuration de notre société vise à mettre le Kabyle à genoux, à le réduire à un tube digestif afin de le soumettre au dictat d’Alger.

Le Ministre de la langue kabyle, de l’Education et de la formation au sein du Gouvernement Provisoire Kabyle, appelle les Kabyles à ne pas baisser les bras, à toujours rester vigilants et dignes, à agir en concertation avec les responsables locaux du MAK, de sorte à déjouer toute tentative d’entrave à l’autonomie de la région.

Lhacene At Ziyan, Ziani selon l’état-civil colonial

Ministre de la langue kabyle, de l’enseignelent, de la recherche scientifique et de la formation