Message de Ferhat Mehenni à son fils

10

Mon très cher fils,

Tu devineras ma voix à travers les accents de celui qui lira cette lettre au-dessus de ta tombe. Hélas ! Pour un temps encore, ce n’est que par l’esprit que nous nous rencontrons. Physiquement, je suis exilé. Je viens, et je m’en excuse, avec trois jours de retard sur la date de ton assassinat, pour te dire combien tu nous manques et combien nous t’aimons. Mais aussi, pour te donner des nouvelles d’ici-bas.

Ta maman te chérit par-dessus tout et dans le cœur de tes frères et sœurs tu es plus vivant que jamais. Tes petites nièces, qui n’ont pas encore 5 et 3 ans, sont venues fleurir ta tombe à deux reprises.

Mon fils adoré,

Ceux qui t’avaient assassiné avaient pour principal objectif de freiner la marche de la Kabylie vers la liberté. Ils ont échoué. Malgré la douleur et notre impossible deuil tant que justice ne sera pas faite, je t’apprends que la nation kabyle se remet debout. Elle avance à grands pas, sûre d’elle et de ses droits. Elle n’est pas loin de son but, de son accession à la lumière.

Depuis le 19 juin 2004, beaucoup de choses se sont passées. Je ne t’en donne que celles qui en valent la chandelle.

L’Etat algérien est en ruines. Bouteflika et ses Généraux sont la honte et la risée du monde entier.

Un vent violent a soufflé sur les dictateurs arabes et en a emporté bon nombre d’entre eux. Kadhafi qui en est l’incarnation extrême est en enfer.

Les Touaregs du Mali ont libéré leur territoire, l’Azawad. Même si le pouvoir criminel d’Alger finance et arme une branche d’Al Qaeda pour les dérailler et les discréditer, le 1er Etat amazigh du monde vient de voir le jour. C’est de bon augure pour la Kabylie.

Nous avons mis sur pied, le 1er juin 2010, le Gouvernement Provisoire Kabyle, l’ANAVAD.

Ce dernier est en passe d’être reconnu par la communauté internationale. Il a été reçu aux États-Unis, au Canada, en Allemagne et dans divers pays européens.

Dernièrement, du 20 au 24 mai, nous étions en Israël où nous avons rencontré un peuple courageux. Cela a soulevé un tollé chez tous les arabo-islamistes algériens qui ont réclamé que je sois déchu de ma nationalité algérienne. Une procédure serait en cours mais vouée à l’échec. Dans tous les cas, ton père ne renoncera pas pour autant.

Le MAK est devenu la 1ère force politique de la Kabylie. Il a évolué dans son programme, lors de son IIe Congrès tenu en décembre dernier, et pourrait s’appeler, avec son nouveau crédo, le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie.

La nature est telle que tu l’as laissée, mais ton absence rend le soleil et la neige, la brise et la verdure de la Kabylie un peu ternes. Ils retrouveront leur meilleur éclat le jour où la Nation kabyle accèdera définitivement à la reconnaissance internationale.

A la prochaine fois mon fils.

Paris le 22 juin 2012

Comments are closed.