A partir d’aujourd’hui et demain : Grève des enseignants et des Commerçants à Tizi Ouzou

2

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Le front social ne cesse de s’embraser et aujourd’hui, ce sont, de nouveau, les enseignants de toute la wilaya de Tizi-Ouzou qui entameront une grève illimitée alors que les commerçants, eux, observeront leur débrayage demain, mercredi 31 janvier, ainsi qu’un rassemblement de protestation devant le siège de la Casnos à la Nouvelle Ville, dès 8 heures.

Concernant le secteur de l’éducation, ce dernier sera paralysé suite à l’appel lancé par le syndicat autonome le Cnapeste, à peine trois semaines, après la suspension de la grève qui avait duré deux mois rappelle-t-on. Lors de la rencontre entre les responsables du syndicat Cnapeste et des responsables du ministère de l’Education nationale en début de semaine, des solutions n’ont pas eu être trouvées aux revendications des enseignants. Ce qui a poussé le syndicat Cnapeste à passer à l’action en lançant une nouvelle grève illimitée au moment où, dans les deux wilayas de Blida et Bougie, la grève dans l’éducation perdure depuis plusieurs mois.

Au lieu de faire preuve de sagesse en privilégiant l’apaisement, la ministre de l’Education nationale brandit la menace de licencier tous les enseignants qui observent la grève en plus de la suspension de leurs salaires. Des décisions qui ne font qu’ajouter de l’huile sur le feu. Et cette nouvelle grève illimitée n’est que le résultat de l’entêtement de la ministre de l’Education nationale dont le chantage constitue la seule réponse aux revendications légitimes des enseignants des cycles primaire, moyen et secondaire. Par ailleurs, les commerçants sont aussi montés au créneau suite à la sourde oreille opposée par les responsables du secteur quant à la prise en charge de leurs revendications comme celle inhérente au maintien du taux de cotisation à la sécurité sociale à 32 400 DA.

D’ailleurs, pour tenter de se faire entendre, les commerçants de la wilaya ont annoncé l’observation d’un sit-in de protestation  demain, mercredi, devant le siège de la Casnos à Tizi-Ouzou. Les commerçants déplorent aussi le fait que leurs confrères aient été poursuivis en justice pour défaut de paiement des cotisations en questions au moment où les commerçants vivent une situation financière des plus difficiles à cause de la crise économique engendrée par les mesures d’austérité nées de la crise économique ayant suivi la chute du prix du pétrole en 2015.

Tahar Khellaf