À propos de « Un printemps d’attardé » : Réponse de Mass Berrichi à Mohamed Zaaf

8

ALGÉRIE (Tamurt) – Comment et pourquoi? » Cette rencontre a été programmée depuis plusieurs mois. La conférence et le débat ont été filmés par la société Saint-Jean-Baptiste et par plusieurs personnes dont j’ai une copie de la rencontre dans son intégralité (je vous rappelle qu’avec cet enregistrement, je réserve le droit de vous attaquer en justice pour mensonge et diffamation).

Dans la page 2 du n° 3640 de votre journal (NDLR, Jeune indépendant, Alger), en date du 3 mai 2010, vous avez fait paraître un article me mettant directement en cause, sous le titre « un printemps d’attardé » et signé par Mohamed Zaaf dans votre rubrique « N’autre vision ». L’article contenant des mensonges, je vous demande de faire paraître ce rectificatif dans la même page de votre journal de demain.

Sur les affirmations me concernant personnellement, je me demande si réellement Mohamed Zaaf qui a signé l’article a vérifié avec exactitude mes propos. Je rappelle que le premier devoir du journaliste est de rapporter l’information objectivement sans manipulation. Or, votre article n’est que manipulation et désinformation. Je vous cite : « Qu’il y annonce son “soutien indéfectible” au Maroc, cela peut encore passer, il est libre de ses actes. Mais qu’il va jusqu’à appeler à mettre fin à “l’ingérence algérienne” dans la question du Sahara occidental ». Mohamed Zaaf, vous avez falsifié mes propos.

Dans ma communication :

1.Je n’ai jamais dit que j’annonce mon « soutien indéfectible » au Maroc, moi qui condamne tous les régimes dictatoriaux notamment celui du Maroc, d’Algérie…

2.Je n’ai jamais appelé à mettre fin à « l’ingérence algérienne » dans le dossier du Sahara occidental. J’ai bien dit que je soutiens ma Kabylie opprimée depuis quelques années et à travers elle, je soutiens les amazighs et autres peuples opprimés d’Algérie, du Maroc, de Tunisie, de Libye et ceux dans le monde entier notamment le peuple du Sahara occidental.

J’attends rapidement de votre part un rectificatif dans votre journal et des excuses.

_ Boussad BERRICHI
_ Québec (Canada), 5 mai 2010