Il a eu sa revanche sur son ex-parti : Ouahab Ait Menguellet 15 / Le RCD 3

7
Ouahab Ait Menguellet

TIZI OUZOU (Tamurt) – Malgré une campagne de dénigrement et de « salissement » féroce, menée par des responsables du RCD, (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie), ou de ce qu’il en reste, le candidat indépendant à l’APC de Tizi-Ouzou, Ouahab Ait Menguellet a réussi à réaliser un score impressionnant à l’issue des élections communales du 23 novembre dernier. Ouahab Ait Menguellet, qui s’est présenté en candidat indépendant après son divorce avec le RCD en mai dernier, a réussi à rafler la mise avec pas moins de 15 sièges à l’APC de Tizi-Ouzou, dans son escarcelle.

Ouahab Ait Menguellet est d’ailleurs l’un des rares nouveaux maires de la wilaya de Tizi-Ouzou à prendre les rênes d’une commune avec un nombre aussi élevé de sièges. Ouahab Ait Menguellet a ainsi pris sa revanche sur ce qui reste du parti du RCD. Une frange de militants et de responsables de ce parti n’a pas hésité à faire de Ouahab Ait Menguellet une cible priviligiée lors de la dernière campagne électorale allant jusqu’à l’accuser de « corrompu, d’incompétent et de sale ». On l’a aussi accusé d’être « impliqué dans des affaires scabreuses tout au long de son mandat en tant qu’élu-maire du RCD » de 2012 à 2017. C’est bien entendu pour justifier le fait qu’il y ait eu divorce entre Ouahab Ait Menguellet et le RCD. C’est une pratique courante au RCD.

Dès qu’un cadre du parti n’en fait plus partie, il est accusé de tous les maux et traités de tous les noms d’oiseaux. Une cabale suit toujours le départ de cadres du RCD et ce, depuis Arezki et Mokrane Ait Larbi jusqu’à Ouahab Ait Menguellet en passant par Ferhat Mehenni, Amara Benyounes, Khalida Toumi, El Hadi Ould Ali, Djamel Ferdjellah, Hocine Nia, Nordine Ait Hamouda, et la liste est encore longue. La revanche d’Ouahab Ait Menguellet sur le RCD est d’autant plus symbolique que dans la même commune (Tizi-Ouzou), le RCD n’a réussi à obtenir que 3 sièges sur les trente trois dont est dotée cette assemblée populaire communale.

Tahar Khellaf