Abdelhamid Abou Zeid était l’un des principaux chefs d’Aqmi dans le Sahara – La France confirme sa mort

1

« Cette disparition de l’un des principaux chefs d’Aqmi marque une étape importante dans la lutte contre le terrorisme au Sahel », précise la Présidence française.

De son côté, le journal le Monde a précisé, citant une source officielle française, que « c’est d’Algérie qu’est venue, il y a quatre jours, la confirmation de l’identité du cadavre des Ifoghas, sur lequel les soldats français avaient effectué des prélèvements organiques. Alger disposait de fragments d’ADN familiaux qui ont permis, à la demande de Paris, par recoupements, d’identifier formellement l’homme ».

Originaire de la région de Tougourt, Abdelhamid Abou Zeid, ce sanguinaire âgé de 46 ans et dont le vrai nom est Mohamed Ghdiri, avait rejoint très jeune le comité local du Front Islamique du Salut (FIS) avant de rejoindre les maquis de l’est algérien dès l’apparition du phénomène du terrorisme.
il est présenté comme l’instigateur et l’auteur principal de l’enlèvement de 32 touristes européens en 2003 sous la bannière du GSPC, organisation terroriste qui a fait allégeance à El Qaida en 2007. Il était l’un des principaux émirs d’Aqmi. Si donc sa mort est confirmée, celle de l’autre sanguinaire, émir de la phalange « les enturbannés », Mokhtar Bemokhtar, dit le borgne, ne l’est pas encore bien quelle ai été annoncé quasiment annoncée au même moment que celle d’Abou Zeid.

Mohand T..info