Accrochage entre une section militaire et un groupe terroriste dans la forêt d’Ath Aïssi

7

TIZI-OUZOU (Tamurt) – L’accrochage a eu lieu à Acharène, qui dépend de la circonscription territoriale d’Ath Aïssi (à Ath Douala). Selon une source proche des services de sécurité et des témoignages des habitants d’Ath Aïssi, l’échange de tirs à l’arme automatique entre les terroristes et les militaires a duré plus d’une trentaine de minutes.

Cependant, aucune de nos différentes sources n’a été en mesure de préciser si des terroristes ont été éliminés. Ce qui semble probable en revanche c’est que les terroristes étaient en mouvement au moment où ils étaient accrochés par les militaires. Donc ceux-ci auraient été en embuscade et bénéficiaient de l’effet-surprise.

En raison de l’obscurité et de la difficulté à assurer un tir précis, le bilan de l’opération serait en deçà des attentes. Autrement dit, les terroristes auraient réussi à prendre la fuite. En tout cas, notre source proche des services de sécurité a planché vers cette hypothèse.

Aussi, ceci nous pousse à l’implacable question : est-ce vraiment la lutte contre le terrorisme dans les forêts et maquis relèvent des troupes régulières de l’ANP? Pourquoi ne pas confier une telle mission aux éléments d’un de ses corps d’élite comme les commandos par exemple? Munis seulement d’un poignard, une centaine de ces gars-là peut nettoyer en moins de quinze jours une forêt aussi dense que Mizrana.

Un soldat d’infanterie est entraîné pour combattre à terrain découvert et contre un adversaire bien visible. Les terroristes appliquent la stratégie de surprise. En général, ils choisissent le moment et le lieu de frappes. Et souvent, ils procèdent par des attaques éclair.

Reste à savoir si l’administration centrale d’Alger nourrit vraiment l’intention de se débarrasser du terrorisme en Algérie, particulièrement en Kabylie. Nous ne pouvons même pas parier un radis sur cela.