Il accuse le Parti des Travailleurs : Ahmed Ouyahia ne parle pas d’Académie de Tamazight

4
Ouyahia

TAMAZGHA (Tamurt) – En sa qualité de Premier ministre, Ahmed Ouyahia a réagi, ce samedi, aux dernières manifestations qui ont ébranlé la Kabylie mais il n’a à aucun moment soufflé un mot sur l’éventuelle création d’une Académie de langue amazighe pour bientôt. Pourtant, il s’agit de la seule mesure concrète qui pourrait vraiment constituer un début de prise en charge réelle et sérieuse de la promotion de la langue amazighe.

Car tout ce qui se fait actuellement, c’est du bricolage. Y compris l’enseignement de la langue amazighe depuis 1995 dans les seules wilayas de Kabylie, dans les autres régions d’Algérie, la demande sociale faisant cruellement défaut. La création de l’Académie de Tamazight, évoquée à maintes fois par les supplétifs du pouvoir, n’est en réalité pas à l’ordre du jour si l’on  s’en tient aux propos d’Ahmed Ouyahia. Ce dernier a préféré donner des statistiques qui sont loin de refléter la réalité comme par exemple le fait que tamazight serait enseignée dans 48 wilayas. En vérité, tamazight n’est enseigné que dans les wilayas de Bougie et Tizi-Ouzou et dans les parties kabylophones de Tuβiret et Boumerdes. Ouyahia n’a pas, non plus, relevé que l’enseignement de Tamazight n’est pas obligatoire mais optionnel. Tout parent d’élève a le droit de priver volontairement son enfant de l’enseignement de Tamazight par un simple papier signé, une sorte de dispense. Une telle façon d’enseigner Tamazight n’a pour d’autres objectifs que de le faire échouer à court terme.

Ahmed Ouyahia a déclaré en outre que c’est le Parti des Travailleurs de Louisa Hanoune qui tente d’attiser le feu en proposant un article  inhérent à la mise en œuvre des moyens nécessaires pour l’enseignement de Tamazight dans la loi de Finances-2018. Cette fois-ci, Ahmed Ouyahia ne s’est pas attaqué aux indépendantistes kabyles en parlant de Tamazight.

 Tahar Khellaf pour Tamurt