Affaire de la femme décédé avec son nouveau-né à la polyclinique de Tigzirt – Les citoyens d’Iflissen et de Tigzirt descendent dans la rue

2

Ils ont organisé, comme décidé lors de la dernière réunion des 38 villages d’Iflissen, une marche populaire à la ville de Tigzirt pour réclamer toute la lumière sur ce drame qui a endeuillé toute la région. Environs 3000 personnes ont répondu à l’appel. La procession s’est ébranlée de la rentrée est de la ville jusqu’au siège de la daïra, en passant par l’artère principale de la ville. Plusieurs banderoles ont été brandies par les manifestants. On pouvait lire entre autres slogans : « Halte aux négligences », « Oui pour des soins de qualité », etc. Les habitants de la localité d’Iflissen et de Tigzirt ne comptent pas baisser les bras tant que la vérité n’est pas connue sur la mort de la jeune maman et de son nouveau-né alors que la victime n’est pas à son premier accouchement.

Les proches de la victime reprochent au personnel médical d’avoir négligé la victime. Elle a été évacuée au CHU de Tizi-Ouzou à bord d’un véhicule banalisé, au lieu de la transférer à bord d’une ambulance. D’ailleurs, la victime a rendu l’âme à mi-chemin entre Tigzirt et Tizi-Ouzou « Pourquoi la victime na pas été évacuée plutôt si vraiment son cas était délicat, comme cela se fait normalement ? Elle est morte pour cause de négligence médicale et on ne compte pas lâcher prise tant que les responsables ne sont pas sanctionnés à la hauteur de leur délit », fulmine un membre de comité de village de la victime, Ighil Bessouel.

La polyclanique de la ville de Tigzirt, qui couvre les localités de Tigzirt, Iflissen et Mizrana, n’a de structure sanitaire que le nom. Elle est dépourvue des moyens les plus élémentaires. Le pouvoir préfère construire des brigades de gendarmerie au lieu de construire des hôpitaux.

Izem Irath.info

Photo: Mourad Hammami