Affaire de l’abattoir communal de Tizi-Ouzou : le Maire refuse de revenir sur sa décision de fermeture et le Wali s’en lave les mains

4

TIZI-OUZOU (Tamurt) –  Et parallèlement à cet manifestation pacifique, les manifestants sont en train d’initier une pétition qu’ils comptent transmettre au wali. C’est ce que nous a indiqué le porte-parole des travailleurs de l’abattoir communal, M. Amar Bounoua. Notre interlocuteur nous expliqué également qu’à travers la saisine du premier commis de l’Etat de la wilaya de Tizi-Ouzou par le biais de cette pétition, il sera attendu son intervention à l’effet d’annuler la décision de fermeture de l’abattoir arrêtée par le premier magistrat de la commune.

Cependant, force est de croire que M. Abdelakader Bouaghzi ne bougera pas le petit doigt dans le sens des intérêts des travailleurs protestataires. En effet, à l’issue d’une rencontre tenue, hier, au siège de la wilaya entre les représentants des travailleurs de l’abattoir communal et les administrateurs de la wilaya, par la voix de son représentant, le wali a signifié aux travailleurs protestataires que l’affaire de l’abattoir ne relevait aucunement de ses prérogatives mais bel et bien de celles du maire de Tizi-Ouzou. Une attitude bien étrange lorsqu’on sait que c’est son service déconcentré compétent qui a été rendue destinataire du ministère de l’agriculture d’une décision indiquant que c’est l’abattoir communal de Tizi-Ouzou qui est habilité à accueillir les bêtes en provenance de l’étranger pour y être égorgées. Une autre décision, devons-nous rappeler, précise que seul l’abattoir communal de Tizi-Ouzou est apte à accueillir les chevaux destinés à la consommation.

S’agissant de la décision de fermeture signée par le maire de Tizi-Ouzou dont nous détenons une copie laquelle est référencée : I0/SG/CTO du 28 août 20I2, il est indiqué dans l’article premier : « Est prononcée la fermeture temporaire de l’abattoir communal de Tizi-Ouzou sis, boulevard STITI ALI, axe de la gare, à compter du samedi 0I septembre 20I2 ». L’article 2 stipule : « Les services sanitaires de la commune sont tenus de procéder immédiatement après la fermeture de l’infrastructure à la désinfection des lieux ». Quant à l’article 3, il stipule que « La réouverture de l’infrastructure se fera immédiatement après la fin des travaux de restauration ». Il est vraiment curieux que les autorités communales de Tizi-Ouzou s’inquiètent du risque d’épidémie à partir du foyer de l’abattoir communal alors qu’elles ne s’inquiètent absolument pas des « montagnes » d’ordures ménagères au niveau de la Nouvelle-Ville où le risque d’une épidémie est réel.

Au niveau des espaces de la voierie communale, sis sur l’ancienne route d’Alger, le risque d’épidémie est encore beaucoup plus grand que ces « montagnes » d’ordures ménagères de la Nouvelle-Ville. D’ailleurs, même les vaccins devant prémunir les pauvres travailleurs de la voierie contre toute maladie relative à leur activité de nettoyage ont été supprimés. (Tamurt.info en a fait écho dans le passé). Et voilà que concernant l’abattoir communal qui est une grande manne financière, les autorités communales « trouvent » qu’il peut être une source d’épidémie. En ce qui nous concerne, nous avons bien foulé le sol de l’abattoir communal. S’il est vrai qu’il n’est aussi propre qu’un salon d’hôtel 5 étoiles, il n’est pas non plus sale.

Il va sans dire que le sol de l’écurie accueillant les bêtes dans l’attente d’être égorgées est recouvert de fumier. Et pour s’en débarrasser, il faut juste une pelle et une tracteur.

C’est d’ailleurs, un bon fumier puisqu’il est naturel. Bien des agriculteurs le recherchent pour fertiliser leurs terres. En définitive, l’espace de l’abattoir communal de Tizi-Ouzou ne présente aucun risque d’épidémie. Aussi, les véritables raisons de sa fermeture sont à rechercher ailleurs. Et seule une enquête judiciaire peut les déterminer.

En tout cas, bien des observateurs ont noté à l’unanimité qu’il y a vraiment du louche dans cette décision de fermeture de l’abattoir communal de Tizi-Ouzou d’où alors la question : à quel groupe maffieux les autorités communales de Tizi-Ouzou viennent de faire encore la révérence ?

Saïd Tissegouine